L’alimentation comme seule arme contre la CoVid-19

L’alimentation comme seule arme contre la CoVid-19

Le masque comme il est porté au jour d’aujourd’hui, ne protège pas contre la CoVid – 19.
Bien au contraire le masque est devenu un milieu de culture pour les microbes.
Aucun traitement efficace n’existe à ce jour et en absence d’un vaccin, la seule arme qui reste aujourd’hui contre la CoVid-19, reste l’alimentation.


Tous les aliments sans exception font booster l’immunité, du moment qu’ils nous servent à nous conserver, nous développer et surtout à  faire face aux maladies.
Les buts d’une bonne alimentation sont : manger, bouger, vivre et surtout résister aux microbes et aux maladies.


Pr. Salim Djelouat – L’Électron Libre
Pr. en biomédical
Expert médicale certifié en médecine, santé et bien-être


Ce que je vous propose de lire dans cette publication

I  – Alimentation et aliments conseillés
II – Les plats nos suggestions
III – Les aliments riches en vitamines C, D et Zinc
IV – Supplémentation vitaminique
V – Autres mesures
VI – Conclusion sous forme de recommandation

Aujourd’hui on est confronté à un virus « qui reste dangereux ».
La particularité de ce virus est sa transmission, ce qui le rend différent aux autres virus.
Cette transmission nous fait douter, d’une manipulation humaine et surtout d’une mutation interhumaine.

La mutation interhumaine reste dangereuse, car ce virus peut muter autant de fois, qu’il lui serait possible de le faire.
Le problème n’est pas là (certes il est essentiel).

Le problème qui est posé aujourd’hui, c’est comment lutter contre ce virus du moment qu’il n’existe aucun traitement  ciblé et pas de vaccins en vue.
Sa seule prise en charge, reste l’alimentation.
Pourquoi l’alimentation ?
Afin de booster le corps humain et renforcer le système immunitaire.
Une alimentation adaptée au tempérament de la personne.

Chaque personne doit adaptée son alimentation.
Pas un schéma d’alimentation collective, mais un schéma d’alimentation individualisée.

Ne reproduisons pas l’erreur qui a été faite, dans la prise en charge médicale du CoViD-19 – Traitement médical collectif et non individuel.

Hippocrate l’avait bien dit :
« Il est recommandé de manger une nourriture équilibrée c’est-à-dire des aliments correspondant à son tempérament ».
Par tempérament,  Hippocrate, vise la constitution physiologique de l’individu (sa spécificité, sa particularité).
Donc, le tempérament représente  la constante de base de l’individu (l’inné pour faire plus simple).

Je voudrais aussi citer  le message (attribué à Louis Pasteur), « Le microbe n’est rien, le terrain est tout ».
Par terrain il faut comprendre « le corps« .
Donc par une alimentation répondant à notre tempérament, on va cultiver notre terrain.
Le cultiver, que par l’apport de bonnes choses.

Et un autre message, attribué encore à Hippocrate, qui dit et je cite :
« Que ta nourriture soit ton remède et que ton remède soit dans ta nourriture ».

Le message originel dit :
« Que ta nourriture soit ton médicament  et que ton médicament  soit dans ta nourriture« .

Pour rappel historique.
Mais ce n’est pas notre objectif.
Hippocrate ne pouvait pas dire « médicament »,  car le terme médicament n’a été inventé  qu’en 1314.


Savoir c’est bien, appliquer c’est mieux
Maintenant qu’on sait, on va appliquer


La diététique comme science de l’alimentation,  ne se base que sur l’équilibre alimentaire : glucides, lipides, protides et sans oublier un ajout suffisant en vitamines et minéraux.
Ce qui reste peu, sachant  que ces constituants se renouvellent  chaque jour, chaque heure et que le manque de ces substances sera puisé dans la nourriture.
Si cette nourriture n’est pas suffisante, ce manque sera puisé dans les réserves du corps humain.

À cela, il faut ajouter toute l’énergie qui sera dépensée pour leur fonctionnement.
D’où on aura un manque,  de nutriments qui vont se répercuter sur notre immunité.

Dans mon article, j’ai fait un retour en arrière, vers nos grands-parents et  comment ils se préparés à affronter l’hiver.
Dans leur alimentation, ils privilégient une alimentation riche en protéine et lipides.

Les donneurs de leçons, vont s’insurger en disant attention au cholestérol,  aux triglycérides, aux malades cardio-vasculaires…, et je ne sais quoi encore.
Tout ça est faux et spéculation.
On va me citer le bon et le mauvais cholestérol.
On va me parler des LDL (Low Density Lipoprotein)  et  des HDL (High Density Lipoprotein).

Mais elles oublient de parler des ⇒⇒
          – VLDL (Very Low Density Lipoprotein)
          – IDL (Intermediate Density Lipoprotein)
          – Lp(a) (Lipoprotein(a) 
          – Chylomicrons

Pourquoi ?
Parce que ces personnes ne les connaissent pas ? Ou n’ont pas entendu parler ou peu parler.
Alors cessons de philosopher.

Nos parents et grands-parents se préparés à affronter l’hiver, avec toutes ses maladies « hivernales » et ils passaient des hivers rigoureux sans vraiment être malades ou vivre des épidémies.
Ils n’ont jamais connus les maladies cardio-vasculaires et autres pathologies  et vivaient très longtemps, assez longtemps.
Ils étaient forts et vigoureux.

Notre message à nous : 
« Une saine alimentation de prévention contre les infections, doit  commencer tôt« .

Cette alimentation va nous permettre de résister aux refroidissements (donc nous ramener de la chaleur), de lutter contre les microbes et plus particulièrement les virus (qui sont très présents pendant cette saison) et de nous faire éviter le stress « saisonnier ».
Car le stress on le sait un facteur influençant les maladies.

Ce que je donne comme alimentation et aliments reste non exhaustif.
Que d’autres personnes enrichissent le côté diététique et nutrition.
Toutes et tous, nous trouverons notre compte.

En priorité, cette alimentation sera recommandée en prévision de la saison hivernale,
mais sera aussi consommée comme alimentation d’entretien lors de la pandémie

I  – Alimentation et aliments conseillés

Cette alimentation doit-être riche en lipides, protéines et en micronutriments pour booster l’immunité.
Les lipoprotéines (sont des éléments essentiels dans l’immunité) et jouent  donc un rôle contre les virus et plus particulièrement les virus grippaux.
Les lipoprotéines vont capter les virus,  les stocker à l’intérieur des cellules et vont les détruire.
Les lipoprotéines aident aussi les macrophages à reconnaître des molécules caractéristiques de certains microorganismes et de ce fait d’aller les capter et les phagocyter.
Le meilleur moment d’entamer la cure sera fait à partir de l’automne.

Ce que je vous conseille comme aliment riche en lipides, protéines :

     1 Les huiles végétales
L’huile d’olive est la reine des huiles
          1.1 L’huile d’olive
Très riche en Oméga-3-6 et 9
L’ajouter toujours en fin de cuisson, afin d’en bénéficier de toutes ses vertus.

     2 Les graisses d’origine animale
Surtout pour leur apport en vitamines A et D et en lipoprotéines.
          2.1 Les margarines (toutes)
          2.2 La mayonnaise (ne vous en privez pas)
          2.3 Le beurre
Conseil : le matin au petit déjeuner,  2 tartines beurrées auxquelles on ajoute du miel, café au lait.
Un jus d’orange ou ½ comprimé de vitamine C, effervescente.

     3 Le lait et les dérivés
          3.1 Les fromages (surtout)
          3.2 Yaourt

     4 Les fruits secs  ou fruits protéagineux
Donnés par priorités de consommation
          4.1Les cacahuètes et le beurre de cacahuètes
Le beurre de cacahuètes ne devra nous effrayé, bien au contraire, car il renferme la plupart des acides gras mono-insaturés.
En plus les cacahuètes sont riches en vitamine E,  qui joue un rôle dans le système immunitaire.         

4.2Noix, Noisettes, Amandes et autres
À consommer tels quels ou à intégrer dans les plats : salades,   comme céréales du petit-déjeuner.
Ces fruits secs renferment des Oméga 3 et de la vitamine E, qui joue un rôle dans le système immunitaire.
En plus ils sont riches en Calcium, en Magnésium, en Fer et en polyphénols.
Les fruits protéagineux renferment les bonnes graisses.

     5Poissons
Plus particulièrement les poissons gras.
          5.1 Sardines à l’huile  (de préférence préparée avec de l’huile d’olive).
La sardine  est une source de protéines non négligeable, à elle seule, elle contient les neufs acides aminés essentiels à l’organisme.
Elle contient en plus des Oméga 3 et du Sélénium.
La consommation de la sardine, est conseillée comme aliment de prévention et de protection contre les infections microbiennes (bactéries, virus).
Les autres poissons gras qu’on peut consommer (en fonction de ses moyens financiers), sont : saumon, thon, anchois…, maquereau, hareng….

     6 Les viandes 
Quelles soit   blanches ou rouges, elles restent intéressantes pendant la saison hivernale.
Les viandes de mouton et de dinde, sont mes préférées.
Je ne peux pas dire à consommer avec modération, vu leur prix, donc no comment.
          6.1 La viande séchée
Doit accompagner certains plats typiquement hivernaux
          6.2 La viande macérée dans de l’huile d’olive ou de la graisse animale
Cuite à la vapeur et  puis elle sera mise dans des jarres et recouverte soit d’huile d’olive, soit de graisse animale.
Cette viande est souvent préparée à partir du mois d’octobre et gardée en macération au moins pendant 2 à  3 mois, avant d’être consommée.

     7 Les œufs
Les meilleurs restent les œufs de poule.
Très riches en bonnes graisses.
À consommer sous toutes les formes :
          – En omelette nature
          – Brouillées avec du beurre
          – Crus ou cuits (œufs durs à la mayonnaise)

     8L’ail 
L’un des meilleurs antiseptiques et antibiotiques naturels.
Une consommation non négligeable d’ail,  réduit les symptômes de la grippe.
Il aide à booster l’immunité, grâce à l’allicine.
Le consommer sous toutes  ses formes (écrasé, mâché, haché, coupé en tranche, en entier…), moi je le préfère avec de l’huile d’olives.
Une bonne salade de tomates  assaisonnée avec de l’huile  et de l’ail est un bon moyen de protection contre les microbes et les virus.

     9 Le piment fort (harissa)
Très riche en vitamine C.
Le  piment est bon anti-inflammatoire et un très bon antiseptique.
Le consommé tel quel ou en préparation dite « harissa ».
La harissa acheté dans le commerce, la retravailler en lui ajoutant de l’ail, des épices et des herbes aromatiques.
Elle peut servir d’assaisonnement à beaucoup de plats, en sauce rouge.

     10Les fruits et légumes verts (de préférence de saison)
Très riches en fibres (donc nécessaire à l’équilibrer le transit).
Riches en Vitamines et oligoéléments – vitamines C, E, Sélénium, Zinc, Cuivre…, Calcium, Phosphore….
Les fruits et les légumes agissent au niveau du métabolisme énergétique (c’est ce qui nous manque dans la saison hivernale).

     11 Les épices
Elles aident à lutter contre les infections et sont un bon  moyen  pour booster l’immunité.
          11.1 Le gingembre 
En tisane, le soir en allant se coucher.
La meilleure épice pour se réchauffer.
On  peut aussi le saupoudrer sur les aliments
          11.2 Le thym 
À conseiller en prévision d’un rhume, d’une grippe.
Dans la toux, le thym reste efficace.
Le thym aide aussi à renforcer le système immunitaire.
Une à deux tasses par jour
Le thym pris en quantité excessive, peut fait augmenter la tension artérielle.
          11.3 Le romarin 
Il reste un anti-infectieux pulmonaire assez intéressant.
Anti fatigue
Il aide comme le thym à renforcer le système immunitaire.
Attention, il agit sur la circulation sanguine, donc à prendre des précautions quant à son utilisation (surtout chez la femme enceinte).
          11.4 La cannelle 
Efficacité prouvé contre les microbes (bactéries et virus).
Elle reste donc un bon remède contre les maux de l’hiver.
On pourra l’associer pour une meilleure efficacité aux clous de girofle ou à la harissa.

II – Les plats nos suggestions

     1 La collation de 17 h 00
Elle reste essentielle pendant la période hivernale.
Elle sera composée de :
          – Produits laitiers
Ou
          – Thé
          – Pain (beurré et confiture ou beurre)
Ou
          – Biscottes
Ou
          – Biscuits secs
          – Fruit
La collation peut-être identique au petit-déjeuner ou vice-versa

     2Le couscous
L’un des meilleurs plats pour affronter l’hiver.
Une fois par semaine et surtout plein de légumes et assaisonné à l’huile d’olive.
Peut être accompagné d’oignon (qu’on appelle la viande du pauvre), d’olives et de viandes séchées.
Un régal.
À consommer au déjeuner et au diner.

     3 Soupes, potage, Chorba fric…
Saupoudrer d’épices et d’herbes aromatiques
Restent les meilleurs pour bien se réchauffer.
On peut leur ajouter des légumes secs.
La soupe du soir, doit-être bien consistante.

     4 Plat de pois chiche
Le régal « matinal » des hommes et même des femmes.
Ne pas lésiner sur l’ajout d’huile d’olive, de piment fort (harissa),  d’herbes (mélange) et d’épices.
Ce plat remplace le petit-déjeuner (chez certaines personnes).
Il peut aussi être consommé  comme déjeuner.

     5 Plats d’haricots blancs et autres légumes secs
À consommer avec une bonne sauce rouge et  bien pimentée.
Leur ajouter de l’ail, de l’huile d’olives, de l’oignon et la saupoudre de cannelle ou de gingembre et de plantes aromatiques.
Important
On peut toujours saupoudrer les différents plats (cités et autres) d’épices.

III – Les aliments riches en vitamines C, D et Zinc

     1 Les principaux aliments riches en vitamines D sont :
Les sardines à l’huile et autres poissons gras – Le thon en boîte – Les anchois –  Le chocolat noir –  Le lait (et dérivés) – Les œufs  – Les champignons  –

     2 Les principaux aliments riches en vitamines C  sont :
Poivron rouge cru ou cuit – Poivron vert, cru ou cuit (mais de préférence cru) – Pois verts crus – Chou-fleur cuit – Cresson – Épinards – Persil  (frais).
Les agrumes en fruits complets ou en jus – les fraises – Nectar d’abricots
Les céréales (au petit déjeuner).

     3 Les principaux aliments riches en zinc  sont :
Foie de veau cuit – bœuf braisé – pain de seigle et froment – biscotte sans sel – cacao non sucré – steak haché, les légumes verts, les graines de sésame, les lentilles…

IV – Supplémentation vitaminique

     1La vitamine C
Reste une vitamine de prévention des maux de l’hiver.
Elle joue un rôle au niveau de la mobilité des globules blancs.
Et joue un super rôle dans la production de cytokines.
Les cytokines  sont des substances produites par les cellules immunitaires pour détruire les microbes (bactéries et virus).
Il serait conseillé de prendre les jus riches en vitamines C.
On pourra aussi prendre 1 comprimé de vitamine C, effervescente après le repas de midi.
Bon à connaitre 
C’est une vitamine qui reste importante en été, car cette dernière est détruite par la chaleur.
Donc une supplémentation en été est conseillée.

     2 La vitamine D
Prescrite surtout pour les populations pauvres en soleil, mais reste aussi conseillée comme un supplément vitaminique.
La vitamine D, aurait semble-t-il une efficacité contre les infections virales.
Elle active et développe les lymphocytes T.
Les lymphocytes T, phagocytes les microbes (bactéries et virus).
Son rôle méconnu et que cette vitamine est capable de réguler les réponses inflammatoires et immunitaires (lorsque que celle-ci ne sont plus sous contrôle de la réponse immunitaire).

     3Le Zinc
Joue un rôle super important dans le processus de l’immunité.
Il aide les cellules de l’immunité à produire des substances antimicrobiennes.
Il nous booste contre les infections microbiennes (bactéries et virus) en protégeant les membranes cellulaires.
Cette alimentation est une garantie de lutte contre les virus et plus particulièrement les virus grippaux.

V – Autres mesures

     1Bonbons 
Avoir sur soi des bonbons à la menthe,  ou des bonbons vitaminés, car il serait préférable d’avoir la bouche mouillée, ce qui permettre dans le cas de la pénétration du virus, que ce dernier sera avaler directement au niveau de l’estomac ou il sera détruit par l’acidité gastrique.
Une bouche sèche, un nez sec sont favorables à la pénétration du virus au niveau des poumons.

     2L’eau 
Il reste aussi intéressant de prendre au courant de la journée et à l’extérieur de maison des gorgées d’eau.

     3 La marche (elle brûle les calories)
Une de 20 à  30 mn est conseillée.

VI – Conclusion sous forme de recommandation

Manger un peu de tout et de tout un peu


Pour mieux connaitre et comprendre
la pandémie à la CoViD-19

CoViD-19 vs – 1er  2ème et 3ème Vagues – Point de vue
http://salimdjelouat.com/sars-cov-2-vs-1er-2eme-et-3eme-vagues-point-de-vue/

CoViD-19- Comment la stopper ou au mieux ralentir sa propagation
http://salimdjelouat.com/covid-19-comment-la-stopper-ou-au-mieux-ralentir-sa-propagation/

CoViD-19 – vs maladie de Kawasaki
http://salimdjelouat.com/covid-19-vs-maladie-de-kawasaki/

CoViD-19 vs  les pandémies « passées » et leurs impacts sur le monde
http://salimdjelouat.com/covid-19-vs-les-pandemies-passees-et-leurs-impacts-sur-le-monde/

CoViD – 19  vs les personnes à risques
http://salimdjelouat.com/covid-19-vs-les-personnes-a-risques/

CoViD – 19 – Le principal  est l’essentiel
http://salimdjelouat.com/covid%19le-principal-est-lessentiel/



Pr. Salim Djelouat – L’Électron Libre
Pr. en biomédical
Expert médicale certifié en médecine, santé et bien-être
Psychothérapeute
Auteur scientifique, conférencier
Webmaster et blogueur


Lisez, aimez et partager afin de faire bénéficier, votre famille, vos amis (es)
Laissez-moi un commentaire afin d’améliorer le contenu
Posez-moi des questions, j’essaierais de vous répondre
Vous voulez participer à l’enrichissement du contenu, faites le moi savoir



Print Friendly, PDF & Email

Salim Djelouat

Pr. en analyses médicales et Bio clinicien Expert médicale certifié en médecine, santé et bien-être Psychothérapeute Auteur scientifique, conférencier Webmaster et blogueur

ARTICLES SIMILAIRES

Mes Derniers Articles x

%d blogueurs aiment cette page :