SARS-CoV-2 vs – 1er- 2ème et 3ème Vagues – Point de vue

SARS-CoV-2  vs – 1er-  2ème et 3ème Vagues – Point de vue


Tant que le virus circule, les contaminations et re-contaminations existeront.
Certes le virus  est entrain de perde de sa virulence, ce qui reste un bon signe,  car nous allons passer à la 3ème vague de l’épidémie et non à la 2ème vague.




Pr. Salim Djelouat
Pr. en analyses médicales et Bio clinicien
Expert médicale certifié en médecine, santé et bien-être


Ce que je vous propose de lire dans cette publication

I  – Connaitre les différentes vagues d’une épidémie
II  – Pour mémoire
III – Essentiel à connaitre
IV – Vague épidémique vs vague épidémique ?
V – Les pandémies du XXème  siècle
VI – Pourquoi je fais cette comparaison entre la  grippe dite espagnole et covid-19
VII – La chloroquine vs covid-19
VIII –  La prophylaxie collective et individuelle ou les gestes barrières pendant la grippe dite  « espagnole » –
IX – Conclusion – Point de vue
X – Quelques liens pour mieux approfondir le sujet

 


I  – Connaitre les différentes vagues d’une épidémie

Je vais m’expliquer sur cette 3ème  vague :


1ère vague


Si on se  re-mémorise bien,  entre les mois d’Octobre et Décembre 2019, nous avons eu pratiquement tous (pour le plus grand nombre de la population) une très forte grippe.
Une pandémie de grippe saisonnière a touché pratiquement toute la population du monde.
Personnellement je n’ai jamais été grippé, et à cette période j’ai dû être alité pendant  4 jours.
Certaines personnes de ma connaissance sont restées 10 jours, voire plus au lit (surtout les personnes ayant des maladies chroniques).

La symptomatologie est pratiquement identique à celle du covid-19 :

  • Maux au niveau de la gorge
  • Toux sèche handicapantes et par saccades assez longue dans la durée
  • Éternuements
  • Difficultés à la respiration
  • Écoulement nasal
  • Fièvre élevée
  • Courbature…

Le traitement  qui a été institué (par des médecins d’ancienne génération) reposé sur :

  • CS3G ou de L’azithromycine (zythromax)

Le zythromax a été le plus prescrit car il répondait le mieux aux infections respiratoires.

  • Du paracétamol
  • Un anti-inflammatoire
  • Des tisanes
  • Repos au lit

Ce traitement a donné de très bons résultats, c’est vrai que chez certaines personnes on a re-prescrit le zythromax pour une autre cure.
Une pandémie qui n’a pas dit son nom, qui n’a pas fait grand bruit, qui est passée comme une grippe saisonnière et surtout que le nombre de décès n’a pas été comptabilisé.
Pour moi, il n’existe plus aucun doute que c’est la première vague de l’épidémie qui vient d’être attribué au covid-19.
Ce schéma est identique à la première vague de la grippe dite espagnole.


2ème vague


Aux mois de décembre 2019/janvier 2020, on vient de subir la deuxième vague très virulente de cette grippe attribuée au SARS-CoV-2 (covid-19).
Le virus a subit une mutation (transformation), on parle d’un animal vers l’homme, moi je pense d’une transformation interhumaine, qui lui a donné cette virulence et contamination particulières, rappelant le virus de la grippe dite espagnole (virus H1N1).
On note jusqu’à l’écriture de cet article (7 mois), que le nombre de décès reste modéré, comparé à celui de la grippe espagnole qui en  12 mois à tuer plus de 50 millions de personnes (d’autres chiffres parlent de 100 millions).


3ème vague


On va s’attendre à une troisième vague, qui pourra arriver  d’ici 3 voire 4 mois, mais elle sera moins virulente et annoncera la fin de la pandémie.
Je pense que cette 3ème vague se déclarera vers les mois de Septembre/début Octobre.


II  – Pour mémoire 

Le schéma (de vagues) que je viens de décrire est identique au schéma de la grippe dite Espagnole.
La grippe dite espagnole s’est déployée en trois vagues :
Une première, modérée, qui ressemblait à une grippe saisonnière

Une deuxième qui est apparue entre la mi-septembre à la mi-décembre 1979.
Cette deuxième vague est très virulente et entraîné le décès de  plus de 50 millions  de personnes.
Une troisième vague moins virulente est survenue entre février et mars 1919

La plupart des décès ont eu lieu pendant la deuxième vague de la grippe dite espagnole.
La grippe dite espagnole est due à une souche très virulente, du   virus (H1N1),
Qui dit virulence dit très contagieuse.
Pourquoi elle a entraîné autant de morts, car c’était la guerre et les soldats par leurs déplacements d’un endroit à un autre,  ont été les transmetteurs du virus.
Ce virus a rencontré des populations très affaiblies, très stressées, et dans la résistance immunitaire était faible, n’ont pu lutter contre l’infection.
Pasteur l’a si bien dit : le microbe n’est rien, tout est lié au terrain.

III – L’essentiel à connaitre

Lors de cette première vague (d’après mon analyse), 60% de la population a acquis une immunité.
Une immunité adaptive au virus, ce qui a fait, que cette pandémie n’a pas ris l’ampleur attendue.
Le nombre de morts de la 2ème vague (d’après mon analyse), sont  des victimes de cette pandémie, je dirais victimes « programmées », car la plus part possèdent  des maladies concomitantes, voire des terrains déprimés.
Il aurait été  intéressant de rechercher les anticorps chez toutes les personnes qui ont fait la grippe avant l’apparition du covid-19.
Recommandation :
Posséder des anticorps, ne veut pas dire aller s’exposer au virus du covid-19.

IVVague épidémique vs vague épidémique ?

Deux possibilités seront envisagées pour subir la 3ème vague* :

1 – Cette troisième vague peut ne pas survenir dans les pays qui ont subi la deuxième vague (très virulente) ou, son résurgence dans ces pays restera exceptionnelle.
2 – Les pays qui n’ont pas été affectés ou peu affectés par la deuxième vague, doivent prendre toutes les mesures afin d’éviter cette troisième vague, qui ne sera pas aussi virulente que la deuxième vague, mais pourra infectées un grand nombre  de personnes.

* Réflexion personnelle

Important :
Le virus SARS-CoV-2 (Covid-19) est certes en train de perdre de sa virulence, mais non pas de sa transmission.
Cela veut dire qu’il pourra être dangereux pour une certaine catégorie de personnes.

VLes pandémies du XXème  siècle

Le 20ème siècle a été marqué par trois grandes pandémies :
La grippe espagnole en 1918-1919 (50 – 100 millions de morts)
La grippe asiatique en 1957 (2 millions de morts)
La grippe de Hong-Kong en 1968 (4 millions de morts)

VIPourquoi je fais cette comparaison entre la  grippe dite espagnole et covid-19

La raison est simple, cela fait exactement 100 ans que le monde a connu la pandémie la plus meurtrière du 20ème siècle et la première pandémie du 21ème siècle.
Espérons qu’elle ne sera pas aussi meurtrière.

VII La chloroquine vs covid-19

La chloroquine est un dérivé de la nivaquine, qui elle-même est un dérivé de la quinine.       
Pendant la pandémie de la grippe « dite » espagnole, la quinine a été prescrite comme traitement au virus et associé à l’aspirine.
Le but était de réduire la charge parasitaire, en abaissant la fièvre (principe du traitement du paludisme).
D’ailleurs la quinine (à l’époque) a toujours été utilisée, dès qu’une fièvre apparait chez une personne (peut-être à tort, seul compté le résultat).

VIII –  La prophylaxie collective et individuelle ou les gestes barrières pendant la grippe dite  « espagnole » –

Les gestes barrières annoncées à grands tapages médiatiques pour le covid-19,  existaient déjà lors de la grippe dite « espagnole » et cela date de  100 ans.

Pour mémoire, je voudrais vous les rappeler :

  • La distanciation sociale qui était la seule efficace avant le vaccin
  • La mise en quarantaine
  • Le port des masques
    (Afin de limiter la diffusion du virus)

    Ou en cas de non disposition de masque, mettre juste une une simple compresse hydrophile trempée dans l’eau bouillie, posée sur le nez et la bouche et attachée par-dessus les oreilles avec un cordonnet
  • Le lavage des mains
  • Se rincer la bouche régulièrement
  • Se nettoyer les dents après chaque repas
  • Se faire des gargarismes matin et soir avec de l’eau oxygénée ou de l’eau dentifrice
  • Se faire des aspirations nasales d’eau chaude additionnée d’eau de javel
  • Éviter le refroidissement
  • Isolation des malades ou hospitalisation
    Si un cas se déclare dans une famille, on conseille d’isoler immédiatement le malade et, si le logement est trop étroit, de le faire hospitaliser.
  • Désinfection générale  :  Habitation – Vêtements
  • Le balayage des rues et lieux publics à sec est déconseillé
  • Se moucher, éternuer et tousser dans des compresses qui seront jetées dans un récipient d’eau formolée.
  • On recommande d’éviter les réunions de personnes nombreuses aussi bien en plein air que dans des lieux fermés comme les lieux consacrés aux cultes, les théâtres, les cinémas, les grands magasins, le chemin de fer
  • Fermeture d’écoles
  • Recommandation à prendre de la quinine et de l’aspirine
  • Les médecins (impuissant devant l’ampleur de la pandémie), conseille la prise d’alcool (le whisky, le gin, le brandy, ou le rhum), pensant faire reculer la maladie, ce qui a entraîné une population alcoolique, donc diminuée sur le point immunitaire.

IXConclusion – Point de vue

Comme pour la pandémie de la grippe dite espagnole qui s’est arrêté spontanément, la pandémie covid-19 s’arrêtera d’elle-même, c’est généralement le cas des épidémies, qu’elles soient bactériennes ou virales.
Cette pandémie disparaîtra, comme elle est venue, et ce avant la découverte d’un vaccin ou d’un traitement spécifique.


X – Quelques liens pour mieux approfondir le sujet


Pr. Salim Djelouat
Pr. en analyses médicales et Bio clinicien
Expert médicale certifié en médecine, santé et bien-être
Psychothérapeute
Auteur scientifique, conférencier
Webmaster et blogueur



 

[:]

Print Friendly, PDF & Email

Salim Djelouat

Pr. en analyses médicales et Bio clinicien Expert médicale certifié en médecine, santé et bien-être Psychothérapeute Auteur scientifique, conférencier Webmaster et blogueur

ARTICLES SIMILAIRES

Mes Derniers Articles x

%d blogueurs aiment cette page :