Le masque chirurgical : Le mettre ou ne pas le mettre, là est toute la question

Le masque chirurgical :  Le mettre ou ne pas le mettre, là est toute la question


Le sage utilise son savoir,
quand le moment sera venu



Écouter, Apprendre, Adapter,
sont les clefs de la réussite


Le port du masque devrait être porté par une personne malade, afin qu’elle ne contamine pas d’autres personnes.
Avec la CoVid-19 et sa gestion comme crise politique et non sanitaire, il est devenu très difficile de se prononcer.
Dans mon article, j’ai émis mon point de vue sur le port du masque (avantages et inconvénients), les risques de contaminations, les recommandations d’une bonne distanciation physique…
Juste pour information, c’est le 15ème article sur la CoVid-19 et le SRAS-CoV-2 que j’ai publié.


Pr. Salim Djelouat
Pr. en analyses médicales et Biomédicale
Expert médical certifié en médecine, santé et bien-être – Ooreka – Paris


Ce que je vous propose de lire dans cette publication

I – Les risques et les désavantages sur la santé du port d’un masque au-delà de 60 mn
1 – Risque 1 –
2 – Risque 2 –
3 – Risque 3 –
4 – Risque 4 –
5 – Risque 5 –
5.1 – Effets indésirables/inconvénients potentiels
II – Les conditions pour qu’une contamination soit possible
III – Les gouttelettes de Flügge ?
1 – Éternuements et toux
2 – En ce qui concerne « le parler »
IV – Un regard, sur les contaminations possibles, même avec le port du masque
V – Recommandations
VI – Regard sur les différents « masques »
1 – Le masque chirurgical
1.1 -Type I
1.2 – type II
1.3 – type IIR
1.4 – Durée d’utilisation
2 – Le masque FFP
2.1 – Les masques FFP1
2.2 – Les masques FFP2
2.3 – Les masques FFP3
2.4 – Durée d’utilisation
Notre point de vue
VII – Pour compléter vos connaissances


ILes risques et les désavantages sur la santé du port d’un masque au-delà de 60 minutes

1 Risque 1
Un port du masque au-delà de 60 minutes, entraîne un mauvais échange de gaz entre l’air et le sang au niveau des poumons.
Ce mauvais échange sera la cause d’une diminution d’oxygénation, avec augmentation du taux du dioxyde de carbone (gaz carbonique) dans le sang.
Cette augmentation du taux du gaz carbonique, va entraîner une hypoxie (manque d’apport d’oxygène nécessaire aux différents tissus de l’organisme), qui sera marquée par une insuffisance respiratoire chronique (ou hypoxémie).
Cette hypoxémie peut-être aussi responsable d’une diminution de l’activité du système immunitaire.

2Risque 2
Risque d’inconfort par l’élévation de la température sous le masque.
Cette élévation de la température, va entraîner une accumulation de condensation, avec un excès d’humidité et entraînera une vision trouble, de l’irritation cutanée… (Voir document OMS).
En plus de cela on a noté une élévation des fréquences respiratoires et cardiaques chez certaines personnes.

3Risque 3
L’homme a été créé pour respirer, échanger avec des particules contenues dans l’air et plus particulièrement par des microbes (bactéries, virus et parasites).
Cet échange va développer chez l’homme, un système immunitaire assez puissant qui le protégera.
Avec le masque, on risque de voir dans un futur proche une population très fragilisée à n’importe quel microbe, d’où apparition de nouvelles pathologies.

4Risque 4
De la façon dont on le met et on l’enlève, le masque est devenu un milieu ou prolifère les microbes.
Si le matin, le masque est mis en respectant les règles d’hygiène (lavage des mains), quand est-il au cours de la journée ?

On l’enlève pour prendre un café et on le remet.
Pour fumer une cigarette, pour chiquer (on l’enlève et on le remet).
On l’enlève pour manger, pour se rincer la bouche, pour aller aux toilettes, pour régler ses notes, pour faire un salut et à chaque fois on le remet sans aucun respect des règles d’hygiène.

Il ne faut pas oublier de dire, comment ce masque est porté  (ou position d’attente): en collier, en brassard, en protège coude, au poignet, au front et on a vu même certaines personnes le porter sur la tête, comme couvre-chef et pire encore, se le passer l’un à l’autre.

Dans ces conditions, le masque est plus qu’un torchon, c’est une serpillière.

À cela on doit ajouter la respiration, l’humidité et la chaleur qui vont créer toutes les conditions à la multiplication d’un nombre invraisemblable de bactéries, virus et à un degré moindre de parasites et s’il vous plait, sur les deux faces du masque.

D’une protection contre un SRAS-CoV-2, on finit par s’infecter d’une multitude d’autres bactéries et le comble, aucune véritable protection contre la CoVid-19.

Dans les pays ou le masque est devenu obligatoire, on remarque un nombre très élevé de personnes contaminées.

La question est, pourquoi alors le port du masque ?

On laissera aux comités scientifiques et aux politiques de nous donner la ou les réponses.

5Risque 5
Le risque 5, englobe une multitude de risques et désavantages, qui ont été énumérés et s’il vous plait, par l’OMS.
Je ne vais que citer les risques et inconvénients potentiels du port du masque, qui figurent dans le document de l’OMS – orientations provisoires du 5 juin 2020 – conseils sur le port du masque dans le cadre de la CoVid-19.
Les autres risques non cités figurent dans le document que vous allez trouver à la fin de ce chapitre.

5.1 – Effets indésirables/inconvénients potentiels
Dans le grand public, le port du masque par des personnes en bonne santé peut notamment présenter les désavantages suivants :
Auto contamination possible si un masque non médical humide ou sale n’est pas remplacé, favorisant ainsi la prolifération de microorganismes (ce que nous avons traité, bien avant l’OMS).
Mal de tête et/ou difficultés respiratoires possibles selon le type de masque utilisé.
Lésions cutanées faciales, dermite irritative ou aggravation de l’acné en cas de port fréquent et prolongé du masque.
Sensation possible d’inconfort.
Port du masque mal supporté, notamment par le jeune enfant
Désavantages et difficultés liés au port du masque éprouvés pour :
     + Les personnes atteintes de troubles mentaux ou de déficiences développementales
     + Les personnes âgées atteintes de déficiences cognitives
     + Les asthmatiques ou les personnes souffrant d’affections respiratoires chroniques
     + Les personnes ayant récemment subi un traumatisme facial ou une intervention chirurgicale orale ou maxillo-faciale
     + Ainsi que celles qui vivent dans un environnement chaud et humide

Document annexe OMS 

WHO-2019-nCov-IPC_Masks-2020.4-fre


II Les conditions pour qu’une contamination soit possible

Pour qu’une transmission soit effective, il faut que ces deux personnes (une qui héberge le virus et l’autre saine) soit en contact à moins de 2 mètres (1.80 m) l’une de l’autre et en relation (discussion ou autre) pendant 15 mn (c’est ce qu’on appelle un contact étroit)*.

Tout ce qui a été dit et redit sur la longueur de la distanciation physique (1 m ou 1.5 m), reste nulle et non avenue.
Avec cette distance – de 1 m ou 1.5 –, aucune protection contre les contaminations, ce qui peut expliquer à mon avis l’augmentation des cas par le SRAS-CoV-2.

* Des conditions essentielles doivent être rappelées pour éviter toutes contaminations.

Pendant ce contacte, on ne doit ni tousser, ni éternuer, ni parler en élevant la voix, ni crier.

Voir le chapitre sur les gouttelettes de Flügge.


III – Les gouttelettes de Flügge ?

Dans le large public, elles sont appelées « postillons ».
Elles sont responsables de la transmission « directe » du virus et autres microbes.

Cette transmission dépend de deux facteurs :
Leur charge virale
La force et la vitesse de leurs expulsions

Elle peut se faire par deux voies possibles :

1 – Éternuements et toux
Il est possible de contrôler la toux, mais il est très difficile de contrôler les éternuements.
Surtout les éternuements par saccades.
Ces gouttelettes voyagent à plusieurs mètres.

Je signe et je persiste
          – 3 mètres dans un endroit clos (maison, salle…)
          – 10 mètres à l’extérieur (et suivant les courants d’air)

2 – En ce qui concerne « le parler »
Si une personne a une dent cassée, elle peut envoyer des gouttelettes à l’extérieur.
Certes, ces gouttelettes sont lourdes et ne peuvent dépasser une distance de plus de 1 mètre.
Dans le cas d’une personne qui hurle, chante, crie ou parle en s’énervant, les gouttelettes de cette personne peuvent voyager jusqu’à 2 mètres voire 3 mètres.

Recommandation
La distanciation physique reste recommandée (porter ou non un masque) et surtout éviter de trop parler et savoir contrôler sa respiration.


IVUn regard, sur les contaminations possibles, même avec le port du masque

Si une bouche reste fermée, point de contamination.
En ce qui concerne le nez, il est reste difficile de retenir sa respiration, donc la contamination est fort probable.
Le front et les cheveux peuvent aussi être un moyen de contamination.
En ce qui concerne les yeux :
La contamination par les yeux est impossible, car les larmes possèdent des lysozymes qui inhibent la plus part des microbes.
La contamination ne pourra se faire que par des parties de l’œil :
     + Les sourcils
     + Les cils
     + Et l’intérieur des paupières (quand les paupières se referment, elles emprisonnent les microbes).

À retenir
La pénétration du virus dans le corps humain se fait beaucoup plus par respiration, que par déglutition.
L’image de ce ministre de la santé d’un pays que je ne cite pas, dénote une méconnaissance du mécanisme de transmission du SRAS-CoV-2.


V – Recommandations

Si le masque est porté avec conviction par les personnes, il reste utile et jouera son rôle dans la diminution des contaminations (à la condition d’utiliser le bon masque).
Si le masque est porté, juste pour ne pas payer une amende ou pour nous permettre d’accéder à certaines administrations qui l’imposent, mieux vaut ne pas le porter, car il devient un danger pour la personne.

Messieurs les politiques et les comités scientifiques, plancher sur cette question.


VI – Regard sur les différents types de « masques » 

La réponse à notre titre « Le mettre ou ne pas le mettre, là est toute la question », se trouve là.
Il faut différencier le masque chirurgical, du masque FFP*

1 – Le masque chirurgical
Le masque chirurgical est un dispositif médical « norme EN 14683 », dont l’objectif est d’éviter la projection des gouttelettes de Flügge, émises par la bouche (lorsqu’on tousse ou l’en parle) et le nez (lors des éternuements).
Donc le masque est moyen de protection vis-à-vis d’autrui, lorsque on est porteur d’une maladie microbienne (bactérienne, virale, voire parasitaire).
Malheureusement et il faut le dire, que le masque ne protège pas contre de très petites particules émises en suspension dans l’air.

On distingue 3 types de masques chirurgicaux :
     Type I :
Efficacité de filtration bactérienne > 95 % d’un aérosol de taille moyenne 3 µm.
      Type II :
Efficacité de filtration bactérienne > 98 % d’un aérosol de taille moyenne 3 µm.
      Type IIR:
Efficacité de filtration bactérienne > 98 % d’un aérosol de taille moyenne 3 µm et résistant aux éclaboussures.

Durée d’utilisation :
À changer toutes 4 heures et dès qu’il devient humide.
Ce type de masque n’a pas de date de péremption, contrairement au masque FFP.
Avant de l’acheter il faut vérifier les conditions de son stockage et sa manipulation par le vendeur ou revendeur.

2 – Le masque FFP
Le masque FFP, n’est pas un dispositif médical, mais un appareil de protection respiratoire (norme NF EN 149).
Contrairement au masque chirurgical, le masque FFP, protège et des gouttelettes de Flügge et des particules en suspension dans l’air.
Malheureusement ce type de masque est très contraignant (chaleur, difficulté à la respiration…).
Il existe différentes formes du masque FFP, (coque, 2 plis, 3 plis, becs de canard…)

On distingue 3 types de masque FFP :
      Les masques FFP 1 :
Filtrant au moins 80 % des aérosols de taille moyenne 0,6 µm (fuite totale vers l’intérieur < 22 %).
      Les masques FFP 2 :
Filtrant au moins 94 % des aérosols de taille moyenne 0,6 µm (fuite totale vers l’intérieur< 8 %).
      Les masques FFP 3 :
Filtrant au moins 99 % des aérosols de taille moyenne 0,6 µm (fuite totale vers l’intérieur < 2 %).

Durée d’utilisation :
Voir la notice d’accompagnement.
Logiquement pas plus de 8 heures
Attention ce type de masque a une date de péremption, à contrôler à l’achat.

Notre point de vue :
L’efficacité du masque chirurgical, contre une éventuelle contamination au SRAS-CoV-2 reste « douteuse ».
À lui seul le masque chirurgical ne peut protéger contre une éventuelle contamination par le SRAS-CoV-2.
Un masque mal ajusté, trop manipulé ne sert à rien et ne protège en rien.

* Source :
http://www.inrs.fr/risques/biologiques/faq-masque-protection-respiratoire.html



VII – Pour compléter vos connaissances 

– Les risques d’une vaccination de bricolage
C’est toute la question
Savoir, c’est pouvoir agir
SRAS-CoV 2 – CoViD-19 – Les bons choix d’un vaccin
http://salimdjelouat.com/sras-cov-2-covid-19-les-bons-choix-dun-vaccin/
– SARS-CoV 2 – CoViD-19 – The right vaccine choices
https://salimdjelouat.blogspot.com/2020/08/sars-cov-2-covid-19-right-vaccine.html
– La stratégie du « stop and go » pour stopper la CoViD-19 et Relancer l’économie
Lutter contre le SRAS CoV-2
Et faire face à la crise sanitaire
Et
À la crise économique
http://salimdjelouat.com/la-strategie-du-stop-and-go-pour-stopper-la-covid-19-et-relancer-leconomie/
– CoViD-19- Comment la stopper ou au mieux ralentir sa propagation – Nos solutions
Écouter, Apprendre, Adapter,  sont les clefs de la réussite
Écouter pour apprendre et apprendre pour adapter
http://salimdjelouat.com/covid-19-comment-la-stopper-ou-au-mieux-ralentir-sa-propagation-nos-solutions/
– CoViD-19- How to stop it or at best slow its spread – Our solutions
https://salimdjelouat.blogspot.com/2020/07/covid-19-how-to-stop-it-or-at-best-slow.html
– 1er ou 2ème vague ?
Où en sommes-nous ?
Et la 3ème vague,  elle arrive quand ?
Le monde a perdu ses points de repères.
Lisez mon point de vue
CoViD-19  et ses différentes vagues – Point de vue
http://salimdjelouat.com/covid-19-et-les-differentes-vagues-point-de-vue/
CoViD-19 and the different waves – Point of view
– 1 st or 2 nd wave?
Where are we ?
And the 3 rd wave, when it arrives?

The world has lost its benchmarks.
Read my point of view
https://salimdjelouat.blogspot.com/2020/07/covid-19-and-different-waves-point-of.html
– CoViD-19 Vs  « Contact tracing »  pour réduire sa transmission –  Mes propositions
Écouter, Apprendre, Adapter,  sont les clefs de la réussite
Écouter pour apprendre et apprendre pour adapter
http://salimdjelouat.com/covid-19-vs-contact-tracing-pour-reduire-sa-transmission-propositions/
– La CoViD-19 vs Maladie de Kawasaki
Écouter, Apprendre, Adapter,  sont les clefs de la réussite
Écouter pour apprendre et apprendre pour adapter
http://salimdjelouat.com/covid-19-vs-maladie-de-kawasaki/
– Les virus « dormants »ou « latents » !
Les responsables de nos prochaines pandémies et comment les stopper
Écouter, Apprendre, Adapter, sont les clefs de la réussite
Écouter pour apprendre et apprendre pour adapter
http://salimdjelouat.com/les-virus-dormants-ou-latents-les-responsables-de-nos-prochaines-pandemies-et-comment-les-stopper/
– Le moustique « tigre » – Notre nouveau fléau pandémique
Écouter, Apprendre, Adapte, sont les clefs de la réussite
Écouter pour apprendre et apprendre pour adapter
http://salimdjelouat.com/le-moustique-tigre-notre-nouveau-fleau-pandemique/
– L’alimentation comme seule arme contre la CoVid-19
Écouter, Apprendre, Adapter, sont les clefs de la réussite
Écouter pour apprendre et apprendre pour adapter
http://salimdjelouat.com/lalimentation-comme-seule-arme-contre-la-covid-19/
– CoViD-19 et les pandémies passées, retour vers l’enfer
http://salimdjelouat.com/covid-19-et-les-pandemies-passees-retour-vers-lenfer/
– CoViD-19 et les personnes à risques
Écouter, Apprendre, Adapter, sont les clefs de la réussite
Écouter pour apprendre et apprendre pour adapter
http://salimdjelouat.com/covid-19-et-les-personnes-a-risques/
– CoViD – 19 et les groupes des « G »
http://salimdjelouat.com/covid-19-et-les-groupes-des-g/
– CoViD – 19 vs Les religions
http://salimdjelouat.com/covid-19-vs-les-religions/
– CoViD – 19 – Le principal est l’essentiel –
http://salimdjelouat.com/covid-19-le-principal-est-lessentiel/
–  Stress psychosocial ou détresse émotionnelle
http://salimdjelouat.com/le-stress-psychosocial-ou-detresse-emotionnelle/


Pr. Salim Djelouat
Pr. en analyses médicales et Biomédicale
Expert médical certifié en médecine, santé et bien-être – Ooreka – Paris
Psychothérapeute
Auteur scientifique, conférencier
Webmaster et blogueur


Lisez, aimez et partager afin de faire bénéficier, votre famille, vos amis (es)
Laissez-moi un commentaire afin d’améliorer le contenu.
Posez-moi des questions, j’essaierais de vous répondre.
Vous voulez participer à l’enrichissement du contenu, faites le moi savoir


Print Friendly, PDF & Email

Salim Djelouat

Pr. en analyses médicales et Bio clinicien Expert médicale certifié en médecine, santé et bien-être Psychothérapeute Auteur scientifique, conférencier Webmaster et blogueur

ARTICLES SIMILAIRES

Mes Derniers Articles x

%d blogueurs aiment cette page :