L’ENFANT DIABÉTIQUE ET LA PRATIQUE D’UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE – SPORTIVE – SCOLAIRE


L’enfant diabétique doit s’épanouir et surtout il doit apprendre à devenir autonome.
Il doit participer activement à la prise en charge de sa maladie.
Pour cela il doit mener une vie normale pour son âge.
Cette vie normale doit commencer par sa scolarisation, qui va être une étape importante dans sa vie.
Il faut lui faire comprendre et lui apprendre à devenir autonome.
Cela ne veut pas dire qu’il va rester sans la surveillance d’un adulte.
Mais cette surveillance devra être la plus discrète possible.
Dans la partie 3, nous avons parlé de l’alimentation de l’enfant diabétique au niveau de son établissement scolaire.


Pr. Salim Djelouat
Expert médicale certifié en médecine, santé et bien-être – Paris –
Auteur scientifique
salimdjelouat@mail.com


AVERTISSEMENT
CE DOCUMENT VOUS OFFRE DE L’INFORMATION


EN AUCUN CAS LES INFORMATIONS ET CONSEILS DONNÉS,
NE PEUVENT SE SUBSTITUER À VOTRE MÉDECIN TRAITANT


L’INFORMATION QUI VOUS EST DONNÉE NE PEUT CONSTITUER UN DIAGNOSTIC,
LEQUEL NÉCESSITE OBLIGATOIREMENT UNE CONSULTATION AUPRÈS DE VOTRE  MÉDECIN TRAITANT.


SI VOUS PENSEZ QUE VOUS PRÉSENTEZ UN DES SYMPTÔMES DÉCRITS,
OU SI LE DOUTE PERSISTE,
CONSULTEZ VOTRE MÉDECIN



TRÈS IMPORTANT

Il m’a été donné de constaté avec regret et colère, que des malades de diabète ou de parents d’enfants diabétiques donnent des conseils, des recommandations ou d’échanger leur expérience.
Je tiens à leur dire que la maladie du diabète est individuelle et non collective, ce qui veut dire, que ce qui est bien pour vous ou pour votre enfant, ne peut être bien pour un autre.
Échanger des expériences oui, mais donner des lignes de conduite, cela reste dangereux.
Cette façon de faire est la résultante de la mauvaise prise en charge du diabète, je dirais même d’une prise en charge aléatoire.


SOMMAIRE
PARTIE 1 – ACTIVITÉ PHYSIQUE ET SPORTIVE
PARTIE 2 – ACTIVITÉS SCOLAIRES
PARTIE 3 – L’ALIMENTATION DE L’ENFANT DIABÉTIQUE



PARTIE 1 –
ACTIVITÉ PHYSIQUE ET SPORTIVE



Image2.jpg
I – QUAND EST-IL DE LA PRATIQUE D’UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE OU SPORTIVE DE L’ENFANT DIABÉTIQUE ?

Le diabète n’empêche l’enfant de pratiquer une activité physique ou sportive.
Bien au contraire, la pratique de cette activité est un des piliers de la gestion du diabète au même titre que l’alimentation.
En pratiquant une activité physique ou sportive, l’enfant diabétique va rester en contact avec les autres enfants de son âge et de partager avec eux le plaisir de cette pratique.
Il faut seulement laisser à l’enfant le choix de l’activité qu’il veut faire, afin qu’il se procure le plus de plaisir.

Les objectifs de la pratique de cette activité sont : 
 Un bien être physique (pour la gestion de sa maladie, une meilleur image de son corps)
 Un bien être psychologique et moral (surtout par l’acceptation de la maladie)
 Une meilleure gestion du stress (par la baisse de l’anxiété)
 Une estime de soi (pour une meilleure intégration sociale, amélioration de la confiance en soi)

II – QUELLES SONT LES PRÉCAUTIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER UNE SÉANCE D’ ACTIVITÉ SPORTIVE ?

Il serait souhaitable avant d’entamer une activité sportive, que le diabète de l’enfant soit bien contrôlé par l’injection d’insuline.
L’enseignant qui est chargé de la pratique de l’activité physique ou sportive doit être informé du diabète de votre enfant et surtout qu’il doit savoir le gérer en cas d’urgence.
L’école, le collège ou le lycée, doit programmer la séance d’activité (un emploi du temps remis à l’avance), afin d’adapter le traitement et l’alimentation en fonction de la durée et de l’intensité de l’effort.
Dans le cas ou l’activité n’a pas été programmée et afin d’éviter l’hyperglycémie ou l’hypoglycémie pendant l’activité sportive, l’enfant diabétique doit adapter ses apports en glucose par rapport à la quantité d’insuline qu’il s’est injectée.

Très important 
Si l’activité physique ou sportive a été intense ou de longue durée, il faut bien surveiller les glycémies et surtout resucrer en cas de besoin, afin d’éviter les hypoglycémies.

III – QUELS SONT LES SPORTS CONSEILLÉS ET DÉCONSEILLÉS CHEZ UN ENFANT DIABÉTIQUE ?

Un enfant diabétique peut pratiquer, sur avis médical, n’importe quel sport.

1Les contre-indications absolues (risque de perte de connaissance induite par une hypoglycémie) sont :

     – Plongée
     – Escalade
     – Vol libre…
     – Arts martiaux, Boxe… (Risques de traumatismes répétés)


2 – Les sports que l’enfant peut pratiquer avec une certaine précaution 

     – Les sports nautiques
     – La natation
     – Les sports qui reposent sur l’équilibre (gymnastique…)


3 – Les sports que l’enfant peut pratique (de préférence un sport collectif) 

     – Football
     – Basket
     – Randonnée, marche, promenade…
     – Cyclisme
     – Course à pied…

images-3


IV – COMMENT CONCLURE

L’activité physique a un effet bénéfique sur le système cardio-vasculaire et sur la santé en général.
Si l’enfant est bien soigné, il sera tout aussi performant au niveau physique et intellectuel que les autres enfants non diabétiques.
L’exercice favorise d’ailleurs un meilleur contrôle du diabète.
Il faut bien entendu prendre certaines précautions et en parler au médecin de famille, qui réadaptera les doses d’insuline.
Il ne faut surtout pas forcer l’enfant à faire quelque chose s’il ne s’en sent pas capable.
Les parents prévoiront toujours quelques morceaux de sucre en cas d’hypoglycémie.
Il est également indispensable d’informer les personnels d’accompagnement au sujet de la maladie de l’enfant.



PARTIE 
ACTIVITÉS SCOLAIRES



On devrait encourager les enfants diabétiques à participer aux activités scolaires qui les intéressent et ceux-ci ne devraient pas être exclus des sorties scolaires.
La planification des ces activités scolaires reste essentielle.
Cette planification devra permettre donc à l’enfant d’avoir des aliments supplémentaires qu’il doit emmener avec lui.
Ces aliments doivent comprendre en premier lieu une source de sucre rapide (sucre, des jus de fruits….) et ce afin de prévenir une réaction d’hypoglycémie.
Il faut aussi prévoir pour l’enfant une ou deux collations qui doivent être riches en glucides complexes.
L’enseignant accompagnateur devra veiller, à ce que cet enfant devra s’injecter de l’insuline et surtout de vérifier son taux de sucre dans le sang.
Il devra aussi avoir à la portée de mains des aliments afin de traiter une hypoglycémie, si cette dernière surviendrai.
Il ne faut surtout pas oublier, qu’une trousse d’injection du glucagon, devra accompagner l’enfant diabétique.

Important 
L’enfant, les enseignants, les accompagnateurs devront savoir reconnaître les signes avant coureurs d’une hypo-glycémie, afin de la faire éviter à l’enfant.

11_3kh8n

I – QUE DOIT COMPORTER LA TROUSSE D’ ACCOMPAGNEMENT D’UN ENFANT DIABÉTIQUE LORS DES DIFFÉRENTES SORTIES ?

Cette trousse ou sacoche ou cartable, doit contenir ce qui suit : 
     1 – Du matériel nécessaire afin de vérifier le taux du sucre de l’enfant
     2 – Des aliments en source rapide de sucres concentrés, tels que : les boites, canettes de jus, des bonbons, du sucre en morceau
     3 – De l’insuline, du glucagon et le matériel nécessaire à leurs injections (coton, alcool, pansement, sparadrap…)
     4 – Le numéro de téléphone des parents ou d’une personne responsable
     5 – Une carte ou un bracelet indiquant que cet enfant est malade du diabète.



PARTIE 3
L’ALIMENTATION DE L’ENFANT DIABÉTIQUE 



alimentation-principes1

I – QUAND EST-IL DE L’ALIMENTATION CHEZ L’ENFANT DIABÉTIQUE AU NIVEAU DE L’ÉCOLE

Son alimentation est la même et il peut manger à la cantine de l’école (elle existe dans les écoles privées et dans certains établissements scolaires), sans une adaptation majeur du menu.
Oui, le diabète nécessite seulement un équilibre alimentaire concernant :

     1 – Des repas qui doivent être pris régulièrement et surtout bien équilibrés.
     2 – Éviter les sucreries et les boissons sucrées (risque de déséquilibre de la glycémie)

Très important à connaitre 
Cet équilibre alimentaire devrait être normalement celui de tous les enfants

II – QUE DOIT COMPORTER UN REPAS PRIS AU NIVEAU DE LA CANTINE DE L’ÉCOLE – LOGIQUEMENT CE SCHÉMA DOIT ÊTRE ADAPTÉ POUR LES ENFANTS –

On doit s’assurer que chaque repas doit comporter :
     1 – Un féculent (pain, riz, pâtes, pommes de terre, semoule….)
     2 – Un dessert qui doit comporter : un laitage ou un fruit
Un enfant diabétique ne doit sauter en aucun cas un repas et il doit avoir sur lui en permanence des aliments qu’il doit consommer aux moindres signes d’hypoglycémie.

Ces aliments sont :
     – Biscuits
     – Sucre
     – Jus de fruits…

En général, les enfants diabétiques peuvent manger la plupart des aliments dont tous les enfants sont friands.
Les aliments contenant des sucres concentrés sont, par contre, à éviter lorsqu’ils ne sont pas prévus.

Observations 
     1 – Rien ne vous empêche de surveille à distance l’alimentation de votre enfant afin de prévoir le cas échéant des injections d’insuline au déjeuner.
     2 – Demandez aux enseignants de vous signaler si votre enfant sort fréquemment de classe pour boire ou pour uriner, (signes d’un diabète mal contrôlé par le traitement).

En Conclusion
La difficulté dans l’alimentation de l’enfant diabétique repose sur le bon équilibre entre l’insuline, l’alimentation et l’activité physique.
Le sport reste  pour l’enfant diabétique un épanouissement.


 

 images-1

 



Pr. Salim Djelouat 
Medical Analyst and Bioclinicist
Certified Medical Specialist in Health, Fitness, and Physical Therapy – Paris –
Psychotherapist
Scientific author
Webmaster and blogger


 RESPECTER LES DROITS DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE DES AUTEURS.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
Toutes les informations reproduites dans cet article sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par le propriétaire (ou les propriétaires) des publications (ou Knols).
Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit du propriétaire de l’article.
SPONSORING
Les sponsors et futurs partenaires commerciaux peuvent contacter l’auteur pour la personnalisation de nos publications (ou Knols).
Des publicités peuvent être incorporées et compatible avec nos publications ou la plate-forme de Google Knols, sous formes de vidéo, films, diaporamas ou sous forme audio.
Des liens hypertextes de renvois vers votre entreprise ou vos marques peuvent être ajoutés.
– Les lecteurs de nos publications (ou Knols), sont principalement :
– Les professionnels de la santé
– Les universitaires
– Les éditeurs de revues scientifiques et médicales
– Les éditeurs et éditeurs d’e-book
– Éventuellement les sociétés pharmaceutiques et de biotechnologie
– Les organismes chargés des réunions, conférences médicales et de biotechnologie
– Un large public (pour information)
UTILISATION COMMERCIALE :
Le contenu de nos publications (ou Knols) est protégé dans le monde entier par les droits d’auteur des États-Unis, de la convention de Berne et de la convention universelle sur les droits d’auteur.
Pour toute utilisation, citation complète ou partielle, pour ajout d’un lien hypertexte, le nom et le titre complet de nos publications (ou Knols)doivent être inclus.
L’utilisation de tout ou partie de nos publications (ou Knols) à des fins commerciales ou pour tout type d’activité commerciale, requièrent une demande par écrit et non par courriel électronique, d’une autorisation qui doit être demandée directement au propriétaire de nos publications (ou Knols).
Dans le cas d’une traduction de nos publications (ou Knols), le respect du propriétaire de nos publications (ou Knols) et des co-auteurs doivent apparaitre conformément à l’original.
Pr. Salim Djelouat et Coll.


RESPECT THE INTELLECTUAL PROPERTY RIGHTS OF AUTHORS.
All rights of reproduction and representation reserved.
All information reproduced in this article are protected by intellectual property rights held by the owner (or owners) of publications (or Knols).
Therefore, none of this information may be reproduced, modified, redistributed, translated, exploited commercially or reused in any way whatsoever without the prior written consent of the owner of the article.
SPONSORSHIP
Sponsors and future business partners can contact the author for customization of our publications (or Knols).
Advertisements may be included and compatible with our publications or the platform of Google Knols, in the form of video, movies, slideshows, or audio form. Hyperlinks referrals to your business or brand can be added.
– The readers of our publications (or Knols) are primarily:
– Health Professionals
– Academics
– The editors of scientific and medical journals
– Editors and publishers of e-book
– Eventually pharmaceutical and biotechnology companies
– The bodies of meetings, medical conferences and Biotechnology
– A large audience (for information)
COMMERCIAL USE:
The contents of our publications (or Knols) is protected worldwide by copyright in the United States, of the Berne Convention and the Universal Convention on copyright.
For any use, full or partial citation for adding a hyperlink, the name and full title of our publications (or Knols) must be included.
The use of all or part of our publications (or Knols) for commercial purposes or for any type of business, require a written request and not by e-mail, an authorization which must be requested directly to the owner of our publications (or Knols).
In the case of a translation of our publications (or Knols), respect for the owner of our publications (or Knols) and co-authors must appear under the original.
Pr. Djelouat Salim et al.



Lisez, aimez et partager afin de faire bénéficier, votre famille, vos amis (es)…
Laissez moi un commentaire afin d’améliorer le contenu
Posez-moi des questions, j’essaierais de vous répondre
Vous voulez participer à l’enrichissement du contenu, faites le moi savoir

 

Print Friendly, PDF & Email

About the Author

Salim Djelouat
Medical Analyst and Bioclinicist Certified Medical Specialist in Health, Fitness, and Physical Therapy - Paris - Psychotherapist Scientific author Webmaster and blogger

Be the first to comment on "L’ENFANT DIABÉTIQUE ET LA PRATIQUE D’UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE – SPORTIVE – SCOLAIRE"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*