L’ENFANT DIABÉTIQUE À L’ÉCOLE

http://www.dreamstime.com/royalty-free-stock-photos-happy-children-kid-desk-school-classroom-isolated-kids-sitting-playing-drawing-white-background-image41539188


Le personnel de l’école (administratif, d’entretien et enseignants) doit connaître les enfants qui sont malades du diabète.
Le personnel doit comprendre les aspects « importants » de la gestion de la maladie et surtout à une prise en charge rapide et efficace d’une hypoglycémie.



images

Un personnel bien formé et surtout motivé dans la prise en charge du diabète, va assurer une sécurité maximale de l’élève, non seulement en classe (qui reste le rôle du maître ou de la maîtresse), mais pendant toutes les activités (dans la cour de récréation, sorties scolaires, activités sportives…).
Une maîtresse ou un maître devient anxieux à l’idée d’avoir un élève malade du diabète et cette anxiété va créer de la panique entraînant des difficultés d’adaptation et de gestion de l’élève malade et ne pourra rassurer des parents encore plus anxieux.
Par contre, une maîtresse ou un maître bien renseigné et soucieux du bien être de l’enfant rassurera les parents anxieux, et empêchera que les crises surviennent ou qu’elles prennent un autre aspect.

 


Pr. Salim Djelouat
Expert médicale certifié en médecine, santé et bien-être – Paris –*
Auteur scientifique
salimdjelouat@mail.com


SOMMAIRE

 I – ENFANT DIABÉTIQUE, ENFANT MALADE DU DIABÈTE ?
II – QU’APPRÉHENDE UNE ÉQUIPE ENSEIGNANTE D’UN ENFANT DIT “DIABÉTIQUE” ?
III – POURQUOI UNE HYPOGLYCÉMIE ?
IV – COMMENT RECONNAÎTRE LES SIGNES PRÉCURSEURS DE LA SURVENUE D’UNE HYPOGLYCÉMIE ?
V – CONDUITE À TENIR DEVANT UN ÉTAT D’ HYPOGLYCÉMIE “LÉGER OU MODÉRÉ”
VI – CONDUITE À TENIR DEVANT UN ÉTAT D’ HYPOGLYCÉMIE SÉVÈRE
VII – MES RECOMMANDATIONS AUX ENSEIGNANTS AFIN DE FAIRE ÉVITER L’APPARITION D’UNE HYPOGLYCÉMIE CHEZ UN ENFANT DANS LA CLASSE OU À L’ÉCOLE


I – ENFANT DIABÉTIQUE, ENFANT MALADE DU DIABÈTE ?

Un enfant diabétique est un enfant comme les autres.
Rien ne doit séparer l’enfant malade du diabète de ses camarades, ni sur ses capacités intellectuelles, ni sur ses capacités physiques ou sportives.
L’enfant diabétique doit mener une scolarité normale.
Bien au contraire, un enfant diabétique possède souvent des connaissances diététiques et autres, bien plus supérieures aux autres enfants, cela veut dire qu’il possède d’autres atouts que les autres enfants n’ont pas.
Par tous ces atouts que possède cet enfant malade, le maître ou la maîtresse, doit tous faire pour permettre une intégration saine de cet (te) élève dans la salle de classe et dans un groupe d’ami (es).
Cette intégration va permettre à cet enfant une réussite sur son plan scolaire et de participer pleinement aux différentes activités scolaires


II – QU’APPRÉHENDE UNE ÉQUIPE ENSEIGNANTE D’UN ENFANT DIT “DIABÉTIQUE” ?

Chez l’enfant diabétique, la seule chose qui doit « redouter » et à surveiller par l’équipe enseignante est la survenue d’une hypoglycémie.
Pour cela, il faut informer et former le personnel enseignant à la gestion d’une hypoglycémie et mettre à leur disposition un lecteur glycémique (un lecteur glycémique d’urgence, car l’enfant diabétique doit être muni du sien).
L’équipe enseignante et les responsables de l’école, doivent savoir prendre en charge un état d’hypoglycémie chez l’enfant.


III – POURQUOI UNE HYPOGLYCÉMIE ?

L’hypoglycémie est souvent déclenchée par le traitement lui-même (certaines insulines peuvent être responsables d’une hypoglycémie).

Les autres facteurs pouvant déclenchés une hypoglycémie sont :

  1 – FACTEURS LIÉS À LA MAUVAISE OBSERVANCE DU TRAITEMENT 
     – Non respect des délais d’injection d’insuline (délais trop longs)
     – Non respect de la dose d’insuline
     – L’injection d’insuline n’a pas été faite, l’enfant c’est réveillé en retard pour l’école (par exemple)

  2 – FACTEURS LIÉS À UNE MAUVAISE HYGIÈNE ALIMENTAIRE 
     – Petit déjeuner n’a pas été pris, ou insuffisant
     – Alimentation insuffisante en glucides

  3 – FACTEURS LIÉS À UN MAUVAIS RESPECT DES RÈGLES D’HYGIÈNE DE VIE 
     – Efforts physiques impromptus et non respect de la dose d’insuline (qui devrait normalement être diminuée)
      Surplus d’activité physique (au niveau de l’école et en dehors de l’école)

  4 – AUTRES CAUSES 
     – Souvent aucune cause n’est retrouvée ; c’est une grande source de perplexité, de frustration et d’angoisse chez le diabétique.


IV – COMMENT RECONNAÎTRE LES SIGNES PRÉCURSEURS DE LA SURVENUE D’UNE HYPOGLYCÉMIE ?

Les principaux signes avant coureurs d’une hypoglycémie chez l’enfant sont :
     – Des tremblements
     – De la sudation
     – De l’anxiété
     – Des palpitations
      Une faim
     – Des nausées
     – Des fourmillements…

25786-340016058907-7832446-n.jpg



V
 – CONDUITE À TENIR DEVANT UN ÉTAT D’ HYPOGLYCÉMIE “LÉGER OU MODÉRÉ”


– CE QU’IL NE FAUT PAS FAIRE –


En aucun cas l’enseignant ou l’enseignante ne doit paniquer devant un enfant présentant une hypoglycémie.
Il m’a été rapporté que des enseignantes, voyant un enfant en état d’hypoglycémie, sont tombées dans les “pommes” et toute la classe a paniqué si ce n’est l’intervention d’une autre enseignante maîtrisant la conduite à tenir.



– CE QU’IL FAUT FAIRE –


Il faut resucrer le plus rapidement l’enfant en lui donnant du sucre.
Il serait préférable d’utiliser que le sucre en morceau, car c’est le seul moyen de pouvoir bien doser la quantité de sucre absorbée, je parle du sucre n°4 et pas des sucres « fantaisies », qui servent de décoration lors de certaines fêtes.
Il est en plus facile à absorber, l’enfant doit toujours en avoir sur lui (emballage individuel).

– Schéma pour resucrer un enfant –

 1 sucre pour un enfant de 6 ans et pesant 20 kg
 2 sucres pour un enfant de 12 ans et pesant 40 kg
 3 sucres pour un enfant de 15 ans et pesant 50 kg et plus

On peut aussi donner –

 1 cuillère à soupe de sucre blanc, que l’on dissout dans de l’eau
 Du jus de fruits
 Du miel

 

Très important : 
15 minutes après (normalement l’enfant devrait se sentir mieux), faire un contrôle glycémique et continuer de contrôler le taux de sucre dans le sang (logiquement l’enfant diabétique devrait le faire lui-même).
Ne jamais laisser l’enfant sans surveillance tant qu’il n’est pas complètement rétabli
Il est important d’avertir les parents chaque fois qu’une réaction hypoglycémique survient, en mentionnant les symptômes de l’enfant, la période de la journée où elle s’est manifesté, le malaise et ainsi que le traitement offert.
Les parents pourront effectués des modifications ou en discuter avec leur médecin.


VI – CONDUITE À TENIR DEVANT UN ÉTAT D’ HYPOGLYCÉMIE SÉVÈRE

Il existe un deuxième type d’hypoglycémie, qui reste sévère et sa prise en charge nécessite l’injection de glucagon.
Logiquement tout enfant diabétique possède dans son cartable une injection de glucagon afin de parer à des effets néfastes de ce type d’hypoglycémie.
Dans le cas ou l’enfant ne possède pas de glucagon, l’école doit agir au plus urgent, c’est celle d’appeler les secours (pompiers, SAMU, ou l’UDS si celle-ci se trouve à proximité de l’école).
Le personnel doit avoir des connaissances à la pratique d’une injection de glucagon.

glucagon-08-1024x447.jpg


VII – MES RECOMMANDATIONS AUX ENSEIGNANTS AFIN DE FAIRE ÉVITER L’APPARITION D’UNE HYPOGLYCÉMIE CHEZ UN ENFANT DANS LA CLASSE OU À L’ÉCOLE

Si pendant le cours un enfant diabétique désire grignoter, de manger ou de boire un aliment sucré, il faut le laisser faire, car il se sait en hypoglycémie et il va se resucrer tout seul.
En aucun cas il faut le réprimander, le complexer ou le contrarier, bien au contraire, il faut l’aider, l’assurer et l’encourager à prendre cet aliment.
Une maîtresse ou un maître sensibilisé au problème de l’hypoglycémie, doit rappeler à l’enfant diabétique qu’il doit manger et surtout qu’il ne doit pas oublier sa collation, qui reste l’élément essentiel dans la prévention d’un état d’hypoglycémie.
Tous vous serez gagnant, l’enfant ne sera pas en hypoglycémie et vous, vous n’aurez pas à gérer un état d’hypoglycémie, surtout si vous êtes une personne sensible ou qui panique.

Autre recommandation à ne pas négliger 
L’enfant diabétique doit être autorisé à sortir de la classe pour aller uriner.
Mais si cette envie d’uriner se répète souvent, il faudrait le signaler aux parents de cet enfant.



Pr. Salim Djelouat 
Medical Analyst and Bioclinicist
Certified Medical Specialist in Health, Fitness, and Physical Therapy – Paris –
Psychotherapist
Scientific author
Webmaster and blogger



RESPECTER LES DROITS DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE DES AUTEURS.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
Toutes les informations reproduites dans cet article sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par le propriétaire (ou les propriétaires) des publications (ou Knols).
Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit du propriétaire de l’article.
SPONSORING
Les sponsors et futurs partenaires commerciaux peuvent contacter l’auteur pour la personnalisation de nos publications (ou Knols).
Des publicités peuvent être incorporées et compatible avec nos publications ou la plate-forme de Google Knols, sous formes de vidéo, films, diaporamas ou sous forme audio.
Des liens hypertextes de renvois vers votre entreprise ou vos marques peuvent être ajoutés.
– Les lecteurs de nos publications (ou Knols), sont principalement :
– Les professionnels de la santé
– Les universitaires
– Les éditeurs de revues scientifiques et médicales
– Les éditeurs et éditeurs d’e-book
– Éventuellement les sociétés pharmaceutiques et de biotechnologie
– Les organismes chargés des réunions, conférences médicales et de biotechnologie
– Un large public (pour information)
UTILISATION COMMERCIALE :
Le contenu de nos publications (ou Knols) est protégé dans le monde entier par les droits d’auteur des États-Unis, de la convention de Berne et de la convention universelle sur les droits d’auteur.
Pour toute utilisation, citation complète ou partielle, pour ajout d’un lien hypertexte, le nom et le titre complet de nos publications (ou Knols)doivent être inclus.
L’utilisation de tout ou partie de nos publications (ou Knols) à des fins commerciales ou pour tout type d’activité commerciale, requièrent une demande par écrit et non par courriel électronique, d’une autorisation qui doit être demandée directement au propriétaire de nos publications (ou Knols).
Dans le cas d’une traduction de nos publications (ou Knols), le respect du propriétaire de nos publications (ou Knols) et des co-auteurs doivent apparaitre conformément à l’original.
Pr. Salim Djelouat et Coll.


RESPECT THE INTELLECTUAL PROPERTY RIGHTS OF AUTHORS.
All rights of reproduction and representation reserved.
All information reproduced in this article are protected by intellectual property rights held by the owner (or owners) of publications (or Knols).
Therefore, none of this information may be reproduced, modified, redistributed, translated, exploited commercially or reused in any way whatsoever without the prior written consent of the owner of the article.
SPONSORSHIP
Sponsors and future business partners can contact the author for customization of our publications (or Knols).
Advertisements may be included and compatible with our publications or the platform of Google Knols, in the form of video, movies, slideshows, or audio form. Hyperlinks referrals to your business or brand can be added.
– The readers of our publications (or Knols) are primarily:
– Health Professionals
– Academics
– The editors of scientific and medical journals
– Editors and publishers of e-book
– Eventually pharmaceutical and biotechnology companies
– The bodies of meetings, medical conferences and Biotechnology
– A large audience (for information)
COMMERCIAL USE:
The contents of our publications (or Knols) is protected worldwide by copyright in the United States, of the Berne Convention and the Universal Convention on copyright.
For any use, full or partial citation for adding a hyperlink, the name and full title of our publications (or Knols) must be included.
The use of all or part of our publications (or Knols) for commercial purposes or for any type of business, require a written request and not by e-mail, an authorization which must be requested directly to the owner of our publications (or Knols).
In the case of a translation of our publications (or Knols), respect for the owner of our publications (or Knols) and co-authors must appear under the original.
Pr. Djelouat Salim et al.



Lisez, aimez et partager afin de faire bénéficier, votre famille, vos amis (es)…
Laissez moi un commentaire afin d’améliorer le contenu
Posez-moi des questions, j’essaierais de vous répondre
Vous voulez participer à l’enrichissement du contenu, faites le moi savoir

 

Print Friendly, PDF & Email

About the Author

Salim Djelouat
Medical Analyst and Bioclinicist Certified Medical Specialist in Health, Fitness, and Physical Therapy - Paris - Psychotherapist Scientific author Webmaster and blogger

Be the first to comment on "L’ENFANT DIABÉTIQUE À L’ÉCOLE"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*