LE DON DU SANG, UN BESOIN PERMANENT

 


Un don de sang est un processus par lequel un donneur de sang est volontaire pour se voir prélever du sang qui sera stocké dans une « banque du sang »,  puis servira lors d’une transfusion sanguine.
Les donneurs réguliers représentent à peu près 23% de tous les donneurs confondus.


Pr. Salim Djelouat
Expert médicale certifié en médecine, santé et bien-être – Paris –
Auteur scientifique
salimdjelouat@mail.com



 VIDÉO DE SENSIBILISATION AU DON DU SANG


Grâce aux dons de sang anonymes et sécurisés, de millions de personnes, des milliers de vies sont sauvées chaque année.
De par le monde, cela représente des millions de personnes, des millions de bénévoles qui, dans la mesure de leurs possibilités, donnent leur sang pour ceux qui en ont besoin.
Pour leur rendre hommage et aussi pour que l’attention du public ne se relâche pas, car le besoin en sang est énorme, l’OMS a décidé de célébrer chaque année, le 14 juin, la – Journée mondiale du don de sang -.
Pour notre par nous allons essayer d’expliquer ce qu’est le don du sang et le pourquoi.
Le sang est à la fois indispensable et irremplaçable.
Aucune machine, aucun appareil, aucun processus au monde n’est en mesure de le fabriquer artificiellement.
Seul la machinerie vivante, donc l’homme, peut le produire et le renouveler autant de fois.
D’où l’importance des dons de sang dans la vie de tous les jours.


I – LE DON DE SANG C’EST QUOI AU JUSTE ?

Le don du sang est un acte gratuit, anonyme, responsable, volontaire et bénévole.
On ne peut être payé pour cela.
C’est un acte de générosité, mais qui ne saurait en aucun cas être obligatoire.


II – A QUOI SERT LE SANG PRÉLEVÉ ? 

Le sang ne peut pas être fabriqué et dans certaines situations critiques(intervention chirurgicale, accident de la route…) et pour de nombreuses  maladies (leucémie, hémophilie, les grands brûlés…), il peut alors manquer cruellement.
Ainsi donner son sang peut permettre de sauver des vies humaines.
C’est aussi le cas après une explosion ou un tremblement de terre…

 

je donne mon sang tu donnes ton sang il est soigné

 


III – QUELLES SONT LES PRINCIPALES SITUATIONS OU ON À BESOIN D’UNE TRANSFUSION SANGUINE ? 

Prescrite en cas de manque de globules rouges, de plaquettes, de facteurs de coagulation, de globules blancs et d’autre pathologies ou catastrophe, la transfusion sanguine est indispensable, voire vitale, dans le traitement de nombreuses pathologies.
Il existe plusieurs cas de figure d’utilisation de ces produits sanguins.

  1 – En hématologie

Certaines maladies, comme les leucémies, touchent directement la production des cellules sanguines.
Ces maladies hématologiques touchent la moelle osseuse et  nécessitent la transfusion de globules rouges, de plaquettes ou de plasma selon les cas.
Le traitement de ces pathologies non chirurgicales requiert de grandes quantités de produits sanguins.
Le développement de nouvelles techniques médicales, pour les greffes de moelle notamment, ne fait que renforcer cette tendance.
Par ailleurs, le traitement d’autres maladies peut entraîner une insuffisance de production de cellules sanguines.
Dans le cas d’un cancer, par exemple, les traitements lourds (chimiothérapie, radiothérapie) perturbent le bon fonctionnement de la moelle osseuse.
Des transfusions spécifiques, en général de plaquettes, sont alors pratiquées.

  2 – En obstétrique

Au cours d’un accouchement, un accident peut survenir, entraînant un besoin extrêmement urgent et important de produits sanguins.
Ceux-ci doivent être disponibles en moins d’une demi-heure, ce qui est déterminant pour la vie de la mère et du bébé.

  3 – Lors des interventions chirurgicales

Lors d’une opération chirurgicale, une hémorragie peut survenir.
Il faut alors procéder à une transfusion de globules rouges.
Il peut s’agir d’une intervention prévue, mais également d’une urgence,suite à un accident.
Dans ce cas, lorsque le malade a perdu une grande quantité de sang, il est nécessaire de transfuser des plaquettes pour faciliter la coagulation et arrêter le saignement.

  4 – Chez lez grands brûlés

S’il s’agit de grands brûlés ou de patients souffrant d’une infection grave, une transfusion de plasma doit être pratiquée.

 

  5 – Dans les cancers (dont les leucémies)

Le traitement des cancers par chimiothérapie entraîne la destruction des cellules de la moelle osseuse.  
Pour la reconstituer, on a recours à d’importantes transfusions de plaquettes et de globules rouges.

  6 – Dans la thalassémie

Cette maladie se traduit par une anémie (souvent héréditaire) assez importante et s’accompagne parfois d’une hypertrophie de la rate et de déformations osseuses.
La thalassémie est très répandue dans les pays du pourtour méditerranéen.

  7 – Dans la drépanocytose 

La drépanocytose touche un nouveau-né sur presque 10 000.
Elle se caractérise par la présence de globules rouges en forme de faucille qui entraînent des hémorragies.
Le sang de ces malades doit être totalement renouvelé à intervalles réguliers.

  8 – Dans la méthémoglobinémie

Cette anomalie sanguine entraîne des hypoxies (insuffisance en oxygène) suite à la trop grande présence dans le sang d’éléments oxydants.
Dans certains cas, cette hypoxie peut être mortelle.

  9 – Catastrophes naturelles – tremblements de terre – accidents de la route – explosions, attentats…

 Sans aucun commentaire


IV – PEUT OU NE PEUT PAS DONNER SON SANG,  C’EST LÀ, LA QUESTION ?

Les centres de transfusion doivent prendre toutes les mesures pour que le don de sang soit aussi sûr que possible pour le malade, en particulier vis-à-vis du risque de transmission d’une bactérie, d’un virus, d’un parasite ou de substances dangereuses.
Ils doivent également veiller à la santé des donneurs et surtout à son état général.

  1Peut donner son sang –   

     – Peser au minimum 50 kg.
  En dessous de cette valeur, la corpulence est insuffisante pour qu’une unité thérapeutique puisse être prélevée.

      Il faut être âgé entre 18 ans et 60 à 65 ans 
  Selon le type de don et être en très bonne santé (pas de fatigue générale).



2Ne peut pas donner son sang (ou le donner après un avis médical) :

  – Le don du sang est proscrit en cas de grande fatigue, d’anémie, de diabète insulino-dépendant ou de traitement pour des crises d’épilepsie, d’asthme.
 

 En cas de maladies cardio-vasculaire
 

 D’hypertension artérielle sévère
 

 La femme enceinte ne doit pas donner son sang, jusqu’à six mois après l’accouchement,  pour éviter tout risque d’anémie.
   

 Les filles qui ont leurs règles peuvent donner mais doivent quand même le signaler        au médecin lors de l’entretien médical.
 

 Infections en cours : en cas de maladie virales (ex.: grippe, gastro-entérite…),     il faut attendre deux semaines après la fin des symptômes pour pouvoir donner son sang, voir 2 mois selon la gravité.
 

 S’il s’agit de maladies transmissibles par le sang (syphilis, hépatites virales B et C, VIH), le don est proscrit.
 

En cas d’exposition à des risques d’infection


V – QUELS SONT LES DÉLAIS À RESPECTER AVANT DE DONNER SON SANG, LORS DE CERTAINS ACTES OU MALADIES DE LA VIE QUOTIDIENNE ?

Après certains actes de la vie quotidienne ou maladies, il faut respecter un délai déterminé avant de pouvoir donner son sang.

Les délais suivants sont donnés à titre indicatif, pour toute informations complémentaires s’adresser à votre agence nationale du sang 



1 – Maladie infectieuse banale – 

jours après l’arrêt de la maladie ou l’arrêt du traitement.


2 – Mononucléose, toxoplasmose ou autres infections sévères ou prolongées – 

1 an


3 – Une intervention chirurgicale, des examens exploratoires de type fibroscopie…,-

Sont des situations à risque, notamment d’hépatite C,
on attendra 4 mois avant de donner son sang.


4 – Soins dentaires –

entraînent souvent un passage de microbes dans le sang
et peuvent nécessiter un délai allant de 3 à 10 jours.
 1 jour pour le traitement d’une carie
 7 jours pour un détartrage


5 – En cas de prise de certains médicaments (incompatibles avec le don du sang)-

 Antibiotiques et corticoïdes en comprimés,
il faut respecter un délai de 14 jours après la fin du traitement.

 Un délai d’attente après un arrêt de traitement d’une poussée d’acné (par le Roaccutane)

 Pour un traitement de la prostate (par Chibroproscar), il faut attendre 1 mois avant de donner son sang.

 L’aspirine ou les anti-inflammatoires nécessitent un délai d’une semaine pour un don de plaquettes, car ils agissent sur la coagulation.

 Certains médicaments pour traiter l’hypertension artérielle peuvent être responsables d’un état d’hypotension après le don et donc d’un risque de malaise sérieux.


Observation 

Quel que soit le médicament, le médecin de collecte est seul garant de son innocuité,
il faut donc toujours le signaler.


6 – Les vaccins –

Les vaccins vivants (ex : hépatite) nécessite un délai de 3 semaines, Pour les autres un délai de quelques jours.


7 – Les allergies –

On évitera les périodes de crises, car les cellules porteuses des réactions d’allergie sont stimulées et peuvent entraîner des risques pour le receveur.

Par contre, une personne sous traitement d’allergies et qui n’a pas fait de crises depuis un moment, ne pose à priori pas de problèmes.


8 – Pour les personnes ayant déjà subi une transfusion sanguin –
Une greffe d’organe, de tissus ou de cellules, le don de sang n’est pas possible, dans un souci de protection du malade mais aussi du donneur.


Certaines maladies « immunologiques » à auto-anticorps, telles que
 la thyroïdite de Hashimoto
 Le psoriasis sévère
 les cancers mêmes guéris
 Les maladies avec troubles de la coagulation
 Les infections à répétition…


Important 

D’une manière générale, seule la personne qui effectue l’entretien médical pré-don est habilitée à décider de l’aptitude d’une personne à donner ou non son sang et examine chaque cas médical.


VI – COMBIEN DE FOIS PEUT-ON DONNER SON SANG PAR AN ?

Il convient de toujours laisser au moins 2 mois entre chaque don.


don du sang 1

   

1 – Un homme peut donner son sang 5 fois par an jusqu’à 60 ans, puis 3 fois par an jusqu’à 65 ans.

2 – Pour une femme : 3 fois par an jusqu’à 65 ans.

3 – Pas de premier don après 60 ans.

 

Note : 

En ce qui concerne le don des plaquettes et celle du plasma se renseigner auprès de votre agence nationale de sang ou votre centre de transfusion sanguine, agence Française du sang…





Pr. Salim Djelouat 
Medical Analyst and Bioclinicist
Certified Medical Specialist in Health, Fitness, and Physical Therapy - Paris -
Psychotherapist
Scientific author
Webmaster and blogger


 VIDÉOS





RESPECTER LES DROITS DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE DES AUTEURS.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
Toutes les informations reproduites dans cet article sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par le propriétaire (ou les propriétaires) des publications (ou Knols).
Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit du propriétaire de l’article.
SPONSORING
Les sponsors et futurs partenaires commerciaux peuvent contacter l’auteur pour la personnalisation de nos publications (ou Knols).
Des publicités peuvent être incorporées et compatible avec nos publications ou la plate-forme de Google Knols, sous formes de vidéo, films, diaporamas ou sous forme audio.
Des liens hypertextes de renvois vers votre entreprise ou vos marques peuvent être ajoutés.
– Les lecteurs de nos publications (ou Knols), sont principalement :
– Les professionnels de la santé
– Les universitaires
– Les éditeurs de revues scientifiques et médicales
– Les éditeurs et éditeurs d’e-book
– Éventuellement les sociétés pharmaceutiques et de biotechnologie
– Les organismes chargés des réunions, conférences médicales et de biotechnologie
– Un large public (pour information)
UTILISATION COMMERCIALE :
Le contenu de nos publications (ou Knols) est protégé dans le monde entier par les droits d’auteur des États-Unis, de la convention de Berne et de la convention universelle sur les droits d’auteur.
Pour toute utilisation, citation complète ou partielle, pour ajout d’un lien hypertexte, le nom et le titre complet de nos publications (ou Knols)doivent être inclus.
L’utilisation de tout ou partie de nos publications (ou Knols) à des fins commerciales ou pour tout type d’activité commerciale, requièrent une demande par écrit et non par courriel électronique, d’une autorisation qui doit être demandée directement au propriétaire de nos publications (ou Knols).
Dans le cas d’une traduction de nos publications (ou Knols), le respect du propriétaire de nos publications (ou Knols) et des co-auteurs doivent apparaitre conformément à l’original.
Pr. Salim Djelouat et Coll.


RESPECT THE INTELLECTUAL PROPERTY RIGHTS OF AUTHORS.
All rights of reproduction and representation reserved.
All information reproduced in this article are protected by intellectual property rights held by the owner (or owners) of publications (or Knols).
Therefore, none of this information may be reproduced, modified, redistributed, translated, exploited commercially or reused in any way whatsoever without the prior written consent of the owner of the article.
SPONSORSHIP
Sponsors and future business partners can contact the author for customization of our publications (or Knols).
Advertisements may be included and compatible with our publications or the platform of Google Knols, in the form of video, movies, slideshows, or audio form. Hyperlinks referrals to your business or brand can be added.
– The readers of our publications (or Knols) are primarily:
– Health Professionals
– Academics
– The editors of scientific and medical journals
– Editors and publishers of e-book
– Eventually pharmaceutical and biotechnology companies
– The bodies of meetings, medical conferences and Biotechnology
– A large audience (for information)
COMMERCIAL USE:
The contents of our publications (or Knols) is protected worldwide by copyright in the United States, of the Berne Convention and the Universal Convention on copyright.
For any use, full or partial citation for adding a hyperlink, the name and full title of our publications (or Knols) must be included.
The use of all or part of our publications (or Knols) for commercial purposes or for any type of business, require a written request and not by e-mail, an authorization which must be requested directly to the owner of our publications (or Knols).
In the case of a translation of our publications (or Knols), respect for the owner of our publications (or Knols) and co-authors must appear under the original.
Pr. Djelouat Salim et al.



 

Print Friendly, PDF & Email

About the Author

Salim Djelouat
Medical Analyst and Bioclinicist Certified Medical Specialist in Health, Fitness, and Physical Therapy - Paris - Psychotherapist Scientific author Webmaster and blogger

Be the first to comment on "LE DON DU SANG, UN BESOIN PERMANENT"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*