CONNAITRE LES INFECTIONS VAGINALES

Les troubles qui peuvent affecter le vagin et la zone génitale sont divers et nombreux.


Pr. Salim Djelouat 
Expert médicale en médecine, santé et bien-être – Paris –
Auteur scientifique
salimdjelouat@mail.com


ILES SYMPTÔMES

  Les symptômes d’affections vaginales les plus fréquents sont :


1Les démangeaisons


  Les démangeaisons, très agaçantes, se localisent soit à l’intérieur, soit à l’extérieur du vagin.
     1.1Les démangeaisons externes
  Affectent la région pubienne (pubis et vulve).  
  L’origine en est souvent une infection soit par :  

          Des mycoses (comme les levures et notamment les candidoses)
          Une allergie
          Une maladie de la peau (psoriasis, eczéma) 
          Un herpès génital

  Il peut aussi s’agir d’un dessèchement de la peau, provoqué par des lavages trop fréquents avec un savon trop agressif.
     1.2Les démangeaisons internes
  Affectant le vagin, peuvent découler de n’importe quelle infection, mycosique ou autre, ou d’une allergie à certaines substances (latex des préservatifs, crèmes spermicides, douches vaginales…)

les-demangeaisons-vaginales


2Les secrétions


  Le col de l’utérus sécrète un liquide visqueux et transparent : la glaire cervicale.
  Cette substance, à l’odeur peu prononcée, s’écoule par le vagin.
  Certaines femmes ont des sécrétions plus importantes que d’autres.  
  Leur importance varie aussi selon la phase de leur cycle, selon que la femme est enceinte ou non, selon qu’elle prend la pilule ou non…
  Tout cela est normal et n’a rien d’inquiétant.
 En revanche, le fait que les sécrétions vaginales changent d’aspect, de consistance, de couleur ou sentent mauvais laisse présager une infection vaginale.  
  Il pourra s’agir d’une candidose par exemple, pour ne pas citer que la plus fréquente, c’est-à-dire une affection par un certain type de levure (champignon microscopique).

Les sécretions vaginales.jpg


3Les odeurs


  Vagin et pubis ne sont pas des zones stériles.
  Il est donc normal qu’ils aient une certaine odeur.
  Quant à savoir si cette odeur naturelle est neutre, agréable ou désagréable, c’est une question d’appréciation personnelle.  
  Mais du point de vue de la santé, combattre l’odeur vaginale normale par tout un arsenal de produits dits “hygiéniques” n’est d’aucune utilité bien au contraire : ils peuvent être allergisants.  
  Cependant, si l’odeur se modifie et devient plus prononcée, ce changement doit retenir l’attention, car c’est peut-être le signe d’une infection.  
  Si les sécrétions ont une rance de fromage, sentent le fromage ou dégagent une odeur de pourriture, il y a probablement quelque chose d’anormal.  
  Ainsi, une forte odeur de poisson est souvent l’indice d’une infection par des bactéries.  
  Dans ce cas, il ne faut pas s’asperger de déodorant, mais consulter un médecin.

les-odeurs-vaginales


4Les douleurs


  Diverses affections peuvent se traduire par des douleurs pendant l’acte sexuel.

  On décrit généralement 3 types de douleurs : 
     1Si la douleur se situe plutôt dans la partie antérieure du vagin (à l’ouverture de la vulve), elle peut avoir une cause mécanique, comme des restes d’hymen, par exemple.
Mais, généralement, on suspectera plutôt une infection.
     2Si la douleur se manifeste dans le vagin, avec la sensation qu’il est frotté au papier abrasif, c’est souvent le symptôme d’une mycose.  

     3Si la douleur est encore plus profonde, il peut s’agir d’une affection plus grave, comme une infection de la vessie, de l’utérus ou des ovaires, etc.

douleurs-vaginales


5Les modifications cutanées


  Si vous remarquez une modification de l’aspect de la peau autour du vagin, prenez note de vos constatations.  
  C’est important surtout si vous ne pouvez pas vous rendre rapidement chez le médecin, car certains symptômes peuvent disparaître assez vite, tandis que la maladie sous-jacente persiste.  
  Décrivez aussi clairement que possible ce qui a retenu votre attention : rougeurs, boutons, gonflement, décoloration, etc.  
  Même si vous ne ressentez rien d’anormal, il est utile d’examiner de temps en temps la vulve et le pubis, ne serait-ce que pour savoir à quoi ressemble un vagin en bonne santé et pour détecter au plus tôt d’éventuelles modifications.


II LES INFECTIONS VAGINALES

  Les principales infections rencontrées sont :


1Les champignons, allergies : à qui la faute ?


  Les affections vaginales sont souvent dues à des infections, provoquées par des microorganismes comme des bactéries ou certains champignons.
  Nous passons en revue les infections vaginales les plus fréquentes.


2 Les mycoses


  Les mycoses sont provoquées par des champignons microscopiques, tels que les levures, par exemple.
  Celles-ci sont souvent présentes sur ou dans le corps, où elles mènent une existence discrète.
  Ce n’est que lorsque les conditions leur sont favorables qu’elles peuvent se multiplier sans frein et provoquer une infection.
  Le vagin y est particulièrement sensible.
  En général, les mycoses vaginales sont dues à la levure Candida Albicans.
On parle alors de candidose.
  Symptômes possibles :
    Démangeaisons sévères dans le vagin et autour
    Pertes blanchâtres grumeleuses “lait caillé” avec odeur rance de fromage
    Rougeurs et gonflements dans le vagin et autour
    Douleur abrasive lors des rapports sexuels

mycose-vaginale


3 Les infections bactériennes


  De nombreuses bactéries cohabitent dans le vagin.
  Parmi celles-ci, les lactobacilles dominent.
  Très utiles, ils contribuent à créer un environnement acide qui prévient la prolifération de bactéries potentiellement nuisibles.
  Mais il arrive que l’équilibre bactérien soit rompu, ce qui entraîne la croissance intempestive de certaines « mauvaises bactéries » et donc l’apparition d’une infection.
  Souvent, l’infection bactérienne est due à des bactéries naturellement présentes dans le vagin, dites anaérobies parce qu’elles peuvent vivre sans oxygène.
  En termes médicaux, on parle de vaginose bactérienne.
  Une bactérie souvent présente dans ces infections est la Gardnerella vaginalis.
  Symptômes possibles :
     – Démangeaisons dans le vagin et autour
     – Pertes grisâtres, très liquides, avec odeur de poisson
      Légères pertes de sang entre les règles.

  Très important :
  Les bactéries responsables d’une infection peuvent aussi provenir de la région anale.
  Dans ce cas, il s’agit de bactéries aérobies, c’est-à-dire ayant besoin d’oxygène.
  Si elles parviennent jusqu’au vagin et que les circonstances leur sont favorables, elles peuvent provoquer une infection.
  En termes scientifiques, on parle d’une vaginite fécoïdale.
  Symptômes possibles :
      Démangeaisons dans le vagin et autour
      Pertes d’un vert jaunâtre, avec odeur de pourriture

les-infections-bacterienne-gono-et-cl


4 Les infections par trichomonas


  D’autres infections vaginales sont strictement transmises par contact sexuel et entrent donc la catégorie des infections  sexuellement transmissibles (IST).    C’est alors le partenaire qui introduit le micro-organisme dans le vagin.
 Dans cette catégorie, une infection fréquente est la trichomonase, due à la Trichomonas vaginalis (image), un protozoaire ou organisme unicellulaire.
  Symptômes possibles :
      Irritation vaginale et démangeaisons
      Sensation de brûlure en urinant
      Pertes glaireuses avec odeur de pourriture

trichomonas-vaginalis


5 Les allergies


  Outre les quatre cas cités ci-dessus, d’autres maladies, sexuellement transmissibles, peuvent être à l’origine de troubles vaginaux.


6 L’herpès  génital féminin


  Provoqué par un virus (Herpes simplex 2)

herpes-genital


7 La syphilis et les Clamydiae


  Dues à des bactéries (respectivement Neisseria Gonorrheae et Treponema Pallidum) ; et les diverses affections par Clamydiae (d’autres bactéries), par exemple.


8  Autres causes


  Mais il n’y a pas que les bactéries levures et autres micro-organismes qui provoquent des affections vaginales.
  Les autres causes sont :

     8.1 –  L’allergie
  A certaines substances peut induire des symptômes analogues.
  On suspectera surtout une réaction allergique en cas de démangeaisons, de rougeur ou d’éruptions cutanées.
  Lorsqu’il y a allergie, il n’est pas toujours simple d’en identifier l’origine, car les suspects sont nombreux :
      Préservatifsallergie-aux-douches-vaginales
      Spermicides
      Tampons hygiéniques
      Papier hygiénique
      Slips en matière synthétique et protège-slips
      Résidus de lessive
      Douches vaginales
      Déodorants pour « hygiène intime »
      Savons ou mousses de bain, etc.
     – Parfois, l’allergène est un médicament ou un aliment.
      Il y a même des femmes allergiques …, au sperme*.

  • une publication  est en cours de préparation

     8.2 –  Certaines maladies de la peau
  Un psoriasis ou un eczéma, par exemple) peuvent aussi provoquer des troubles vaginaux.

     

     8.3 Des poux
  Dans la zone pubienne (morpions) ou de petits vers provenant de la région anale peuvent également provoquer des désagréments ; généralement des démangeaisons.

poux-pubiens

Poux pubiens

          

     8.4 –  Causes psychiques
  Le fait d’avoir mal lors de relations sexuelles, par exemple, peut être dû à une certaine tension de la femme qui, consciemment ou non, appréhende la pénétration (qu’on nous pardonne ici de simplifier à l’extrême).  
  Même des démangeaisons ou des éruptions cutanées peuvent parfois être suscitées par des problèmes émotionnels (relation perturbée, surmenage, etc…)


IIIQUAND FAUT-IL CONSULTER UN MÉDECIN ?

  Dans certaines circonstances, il est risqué de laisser les choses évoluer sans rien faire ou de traiter soi-même le problème, sans avis médical.

Consultez sans attendre un médecin :
      Lorsque des troubles vaginaux se manifestent alors que vous êtes enceinte, car il peut y avoir danger pour l’enfant à naître, comme pour vous même ;
      Lorsque les troubles vaginaux s’accompagnent de douleurs au bas-ventre, car il peut s’agir d’une affection susceptible d’entraîner la stérilité ;
      Lorsque vous remarquez une décoloration et un blanchissement de la vulve, ou autour, car il pourrait s’agir de signes précurseurs d’un cancer de la vulve.

Attention à l’automédication  
 Vouloir se soigner soi-même, sans avis médical est à déconseiller.
 En effet, pour identifier l’origine des troubles avec suffisamment de certitude, il faut au moins procéder à un examen gynécologique interne.
 Ce qui, à première vue, ressemble à une candidose l’est, de fait, bien souvent…; même le médecin ne peut en être sûr, sans l’aide d’un examen au microscope ou d’analyses en laboratoire (prélèvement, culture, examen au microscope des sécrétions vaginales).
 En outre, les troubles ne sont parfois pas provoqués par un seul organisme, mais par plusieurs.
 Autre raison d’éviter l’automédication : l’utilisation d’un médicament inadapté peut aggraver les troubles et compliquer, ensuite, le diagnostic du médecin.

consultation-du-vagin


IVLES ÉLÉMENTS DU DIAGNOSTIC

  Nous ne pouvons pas prédire ce que votre médecin fera en pratique, mais nous pouvons citer un certain nombre d’éléments généralement indispensables à un diagnostic correct.
  Si vous avez le sentiment que votre docteur n’agit pas efficacement, n’hésitez pas à lui poser des questions.
  Les patients ont un rôle actif à jouer dans la prise en charge de leur santé !
  En premier lieu, le médecin doit interroger sa patiente pour se faire une idée claire de ce qui l’amène chez lui.
  Cependant poser des questions ne suffit pas : un examen interne du vagin est indispensable, pour voir s’il y a ou non des symptômes apparents et pour déterminer l’agent pathogène.
  Parfois, une analyse en laboratoire est utile.
  Il arrive que le médecin fasse prélever du sang ou de l’urine, pour étayer le diagnostic.
  Chez le médecin n’essayez pas de paraître plus propre que de nature devant le médecin, car cela peut compliquer le diagnostic.
  Évitez, avant la visite médicale, de trop savonner et laver la région génitale ou de rincer le vagin avec une douche vaginale, car vous risquez de faire disparaître certains signes apparents, qui peuvent être utiles pour déterminer l’origine des troubles.
  De même, n’appliquez pas de déodorant, car l’odeur peut être un indice.
  Bref, allez chez le médecin comme vous êtes, sans fausse honte.

prelevement-vaginal



Pr. Salim Djelouat 
Pr. en analyses médicales et Bioclinicien
Expert médicale en médecine, santé et bien-être – Paris –
Psychothérapeute
Auteur scientifique
Webmaster et blogueur



RESPECTER LES DROITS DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE DES AUTEURS.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
Toutes les informations reproduites dans cet article sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par le propriétaire (ou les propriétaires) des publications (ou Knols).
Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit du propriétaire de l’article.
Pr. Salim Djelouat et Coll.

SPONSORING
Les sponsors et futurs partenaires commerciaux peuvent contacter l’auteur pour la personnalisation de nos publications (ou Knols).
Des publicités peuvent être incorporées et compatible avec nos publications ou la plate-forme de Google Knols, sous formes de vidéo, films, diaporamas ou sous forme audio.
Des liens hypertextes de renvois vers votre entreprise ou vos marques peuvent être ajoutés.
Les lecteurs de nos publications (ou Knols), sont principalement :
Les professionnels de la santé
Les universitaires
Les éditeurs de revues scientifiques et médicales
Les éditeurs et éditeurs d’e-book
Éventuellement les sociétés pharmaceutiques et de biotechnologie
Les organismes chargés des réunions, conférences médicales et de biotechnologie
Un large public (pour information)

UTILISATION COMMERCIALE :
Le contenu de nos publications (ou Knols) est protégé dans le monde entier par les droits d’auteur des États-Unis, de la convention de Berne et de la convention universelle sur les droits d’auteur.
Pour toute utilisation, citation complète ou partielle, pour ajout d’un lien hypertexte, le nom et le titre complet de nos publications (ou Knols)doivent être inclus.
L’utilisation de tout ou partie de nos publications (ou Knols) à des fins commerciales ou pour tout type d’activité commerciale, requièrent une demande par écrit et non par courriel électronique, d’une autorisation qui doit être demandée directement au propriétaire de nos publications (ou Knols).
Dans le cas d’une traduction de nos publications (ou Knols), le respect du propriétaire de nos publications (ou Knols) et des co-auteurs doivent apparaitre conformément à l’original.


RESPECT THE INTELLECTUAL PROPERTY RIGHTS OF AUTHORS.
All rights of reproduction and representation reserved.
All information reproduced in this article are protected by intellectual property rights held by the owner (or owners) of publications (or Knols).
Therefore, none of this information may be reproduced, modified, redistributed, translated, exploited commercially or reused in any way whatsoever without the prior written consent of the owner of the article.
Pr. Djelouat Salim et al.
 
SPONSORSHIP
Sponsors and future business partners can contact the author for customization of our publications (or Knols).
Advertisements may be included and compatible with our publications or the platform of Google Knols, in the form of video, movies, slideshows, or audio form.
Hyperlinks referrals to your business or brand can be added.
The readers of our publications (or Knols) are primarily:
Health Professionals
Academics
The editors of scientific and medical journals
Editors and publishers of e-book
Eventually pharmaceutical and biotechnology companies
The bodies of meetings, medical conferences and Biotechnology
A large audience (for information)

COMMERCIAL USE:
The contents of our publications (or Knols) is protected worldwide by copyright in the United States, of the Berne Convention and the Universal Convention on copyright.
For any use, full or partial citation for adding a hyperlink, the name and full title of our publications (or Knols) must be included.
The use of all or part of our publications (or Knols) for commercial purposes or for any type of business, require a written request and not by e-mail, an authorization which must be requested directly to the owner of our publications (or Knols).
In the case of a translation of our publications (or Knols), respect for the owner of our publications (or Knols) and co-authors must appear under the original.



 

Print Friendly, PDF & Email

About the Author

Salim Djelouat
Medical Analyst and Bioclinicist Certified Medical Specialist in Health, Fitness, and Physical Therapy - Paris - Psychotherapist Scientific author Webmaster and blogger

Be the first to comment on "CONNAITRE LES INFECTIONS VAGINALES"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*