COMPRENDRE LA GLYCÉMIE À JEUN

Be Sociable, Share!
  • Twitter
  • Facebook
  • email
  • vuible
  • StumbleUpon
  • Delicious
  • Google Reader
  • LinkedIn
  • More

LA GLYCÉMIE À JEUN PERMET LE DÉPISTAGE DU DIABÈTE


Pr. Salim Djelouat
Expert médicale certifié en médecine, santé et bien-être – Paris –
Auteur scientifique
salimdjelouat@mail.com


SOMMAIRE

I – INTÉRÊT DU DOSAGE
II – CONDITIONS À RESPECTER LORS DU PRÉLÈVEMENT
III – VALEURS NORMALES DE RÉFÉRENCE
IV – VALEURS ANORMALES
V – VARIATIONS PHYSIOLOGIQUES DE LA GLYCÉMIE ET DE LA GLYCOSURIE
VI – ÉCARTS PATHOLOGIQUES DE LA GLYCÉMIE
VII –CONVERSION DES RÉSULTATS


I – INTÉRÊT DU DOSAGE

Le glucose est le principal sucre de l’organisme.
C’est lui qui apporte l’énergie à la plupart des cellules.
Il obéit à une régulation très précise qui fait que sa concentration reste constante alors même que les apports alimentaires sont discontinus et sa consommation variable dépend pour une bonne part des efforts du patient.
Cette régulation très précise peut être débordée au cours de certaines maladies.
La glycémie à jeun permet le dépistage du diabète.
Glycosurie et glycémie sont les éléments fondamentaux du diagnostic, du pronostic et de la surveillance du traitement lors de l’étude évolutive du Diabète.

II – CONDITIONS À RESPECTER LORS DU PRÉLÈVEMENT

Dans tout prélèvement sorti de son milieu naturel, existent des enzymes glycolytiques actifs qui engendrent vite une erreur par défaut.
Glycémie, glycosurie et glycorachie sont des urgences techniques et le dosage doit être effectué dans l’heure qui suit le prélèvement.
Le prélèvement sanguin s’effectue par une ponction veineuse en général au pli du coude.
Le patient doit être à jeun depuis 12 heures, et éviter de fumer avant l’examen.
La glycémie peut être effectuée indifféremment sur sérum (tube sec) ou sur plasma (en utilisant un anticoagulant).
L’hémolyse ne gêne pas le dosage (la concentration du sucre est la même dans les globules et le plasma).
De plus en plus la glycémie s’effectue à partir de sang total recueilli sur micro capillaire héparine (10µl suffisent).
Si une glycémie doit attendre plus d’une (1 h) heure, le sang doit être recueilli sur un mélange fluorure-oxalate (à la fois anti-glycolytique, anticoagulant et hémolysant).
En milieu hospitalier, il faut se méfier de la classique perfusion de sérum glucosé ou de tout autre traitement pouvant influer sur le dosage.
La glycémie peut aussi être mesurée au moyen de bandelettes réactives après s’être piqué l’extrémité d’un doigt à l’aide d’une pointe spéciale.
Cette technique est fort utile pour le diabétique, qui doit contrôler fréquemment sa glycémie, car elle peut être pratiquée à la maison, sans l’aide d’une tierce personne.

III – VALEURS NORMALES DE RÉFÉRENCE

     1 – Chez l’adulte les valeurs normales sont - 
           - 0,60 à 1,10 g/l soit 3,36 à 6,16 mmol/l.  

     2 – Chez le nouveau né les valeurs normales sont -   
           - 0,20 à 0,80 g/l soit 1,12 à 4,48 mmol/l. 

  On parle de diabète quand 2 glycémies à jeun sont retrouvées supérieures à 1,27 g/l (tenir compte de l’ethnie des populations, des régimes alimentaires, des réactifs utilisés, des laboratoires…)

IV – VALEURS ANORMALES

     1Les hyperglycémies (> 7.7 mmol/l) sont dues
          1.1 – À un patient qui n’était pas à jeun lors du prélèvement
          1.2 – À un diabète insulino dépendant
          1.3 – À une pancréatite aiguë ou chronique qui aboutie souvent au diabète
          1.4 – À une cause endocrinienne : phéochromocytome, hypercorticisme, traitement par corticoïdes, acromégalie, hyperthyroïdie, tumeur pancréatique sécrétant
          1.5 – À des causes décompensant un diabète latent ; grossesse, infection, stress, médicaments hyper-glycémiants

     2Les hypoglycémies (< 2,7 mmol/l) sont dues
          2.1 – À un surdosage de médicaments hypoglycémiants chez le diabétique
          2.2 – À une malnutrition ou à un jeune prolongé
          2.3 – À une sécrétion par l’organisme d’un excès d’insuline (insulinome, polyadénomatose)
          2.4 – À une insuffisance endocrinienne (surrénale, hypophysaire)
          2.5 – À un trouble hépatique (hépatite aiguë, intoxication alcoolique aiguë)
          2.6 – À un trouble du métabolisme chez l’enfant ou le nouveau né (galactosémie, glycogénoses, intolérance au fructose)
          2.7 – À une infection (en particulier un paludisme aigu)

V – VARIATIONS PHYSIOLOGIQUES DE LA GLYCÉMIE ET DE LA GLYCOSURIE

      1La glycémie de base du sujet sain à jeun depuis au moins de 10 heures et en alimentation glucidique équilibrée (250 à 300 g/jour) se situe entre 4 à 5,25 mmol.
      2On ne parlera d’hypoglycémie que pour une valeur répétée à plusieurs examens et qui doit être inférieure à 2,75 mmol.
      3L’hyperglycémie diabétique est évoquée dès que la valeur de base dépasse habituellement 6 mmol à jeun.
      4Dans la postprandiale, qui veut dire deux heures après avoir pris un repas normal, la “flèche d’hyperglycémie” du sujet sain ne doit pas dépasser 6,5 mmol.
Entre 6,5 et 7,5 mmol, on ne peut affirmer un diabète et dans ce cas il faut pratiquer une hyperglycémie provoquée.
       5Chez le nourrisson on remarque une hypoglycémie physiologique très nette (entre 1,75 et 2,25 mmol) entre la 3ème  et la 8ème heure.
Cette hypoglycémie se stabilise autour de 2,75 mmol à la 48ème heure.
Pendant 01 an, la glycémie du nourrisson reste assez instable à jeun et se situe aux environs de 2,75 mmol.

VI – ÉCARTS PATHOLOGIQUES DE LA GLYCÉMIE

À partir de 16 à 17 mmol, une hyperglycémie fait redouter un coma diabétique, mais en réalité aucune limite ne peut être fixée avec précision.
Dans le L.C.R, la glycorachie normale avoisine 2,5 mmol, son abaissement significatif et en même temps que celui des chlorures, est un signe fidèle de méningite, quelle qu’on soit la nature ou la cause.

VIICONVERSION DES RÉSULTATS

     1 mmol   X  0, 18   =  g / l
    2 – g / l  X  5, 56   =  mmol


Pr. Salim Djelouat 
Pr. en analyses médicales et Bioclinicien
Expert médicale en médecine, santé et bien-être – Paris –
Psychothérapeute
Auteur scientifique
Webmaster et blogueur



RESPECTER LES DROITS DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE DES AUTEURS.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
Toutes les informations reproduites dans cet article sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par le propriétaire (ou les propriétaires) des publications (ou Knols).
Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit du propriétaire de l’article.
SPONSORING
Les sponsors et futurs partenaires commerciaux peuvent contacter l’auteur pour la personnalisation de nos publications (ou Knols).
Des publicités peuvent être incorporées et compatible avec nos publications ou la plate-forme de Google Knols, sous formes de vidéo, films, diaporamas ou sous forme audio.
Des liens hypertextes de renvois vers votre entreprise ou vos marques peuvent être ajoutés.
– Les lecteurs de nos publications (ou Knols), sont principalement :
– Les professionnels de la santé
– Les universitaires
– Les éditeurs de revues scientifiques et médicales
– Les éditeurs et éditeurs d’e-book
– Éventuellement les sociétés pharmaceutiques et de biotechnologie
– Les organismes chargés des réunions, conférences médicales et de biotechnologie
– Un large public (pour information)
UTILISATION COMMERCIALE :
Le contenu de nos publications (ou Knols) est protégé dans le monde entier par les droits d’auteur des États-Unis, de la convention de Berne et de la convention universelle sur les droits d’auteur.
Pour toute utilisation, citation complète ou partielle, pour ajout d’un lien hypertexte, le nom et le titre complet de nos publications (ou Knols)doivent être inclus.
L’utilisation de tout ou partie de nos publications (ou Knols) à des fins commerciales ou pour tout type d’activité commerciale, requièrent une demande par écrit et non par courriel électronique, d’une autorisation qui doit être demandée directement au propriétaire de nos publications (ou Knols).
Dans le cas d’une traduction de nos publications (ou Knols), le respect du propriétaire de nos publications (ou Knols) et des co-auteurs doivent apparaitre conformément à l’original.
Pr. Salim Djelouat et Coll.


RESPECT THE INTELLECTUAL PROPERTY RIGHTS OF AUTHORS.
All rights of reproduction and representation reserved.
All information reproduced in this article are protected by intellectual property rights held by the owner (or owners) of publications (or Knols).
Therefore, none of this information may be reproduced, modified, redistributed, translated, exploited commercially or reused in any way whatsoever without the prior written consent of the owner of the article.
SPONSORSHIP
Sponsors and future business partners can contact the author for customization of our publications (or Knols).
Advertisements may be included and compatible with our publications or the platform of Google Knols, in the form of video, movies, slideshows, or audio form. Hyperlinks referrals to your business or brand can be added.
– The readers of our publications (or Knols) are primarily:
– Health Professionals
– Academics
– The editors of scientific and medical journals
– Editors and publishers of e-book
– Eventually pharmaceutical and biotechnology companies
– The bodies of meetings, medical conferences and Biotechnology
– A large audience (for information)
COMMERCIAL USE:
The contents of our publications (or Knols) is protected worldwide by copyright in the United States, of the Berne Convention and the Universal Convention on copyright.
For any use, full or partial citation for adding a hyperlink, the name and full title of our publications (or Knols) must be included.
The use of all or part of our publications (or Knols) for commercial purposes or for any type of business, require a written request and not by e-mail, an authorization which must be requested directly to the owner of our publications (or Knols).
In the case of a translation of our publications (or Knols), respect for the owner of our publications (or Knols) and co-authors must appear under the original.
Pr. Djelouat Salim et al.



Lisez, aimez et partager afin de faire bénéficier, votre famille, vos amis (es)
Laissez moi un commentaire afin d’améliorer le contenu
Posez-moi des questions, j’essaierais de vous répondre
Vous voulez participer à l’enrichissement du contenu, faites le moi savoir

Print Friendly, PDF & Email
Be Sociable, Share!
  • Twitter
  • Facebook
  • email
  • vuible
  • StumbleUpon
  • Delicious
  • Google Reader
  • LinkedIn
  • More

About the Author

Salim Djelouat
Medical Analyst and Bioclinicist Certified Medical Specialist in Health, Fitness, and Physical Therapy - Paris - Psychotherapist Scientific author Webmaster and blogger

Be the first to comment on "COMPRENDRE LA GLYCÉMIE À JEUN"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*